« Ma part de Gaulois » : La vie émouvante d'un jeune Algérien en France, bientôt sur les écrans

Le film « Ma part de Gaulois » sort le 31 janvier 2024. Ce long métrage de Malik Chibane mets en scène les périples de la vie d'un jeune Algérien en France. 

Ce film est une adaptation libre du roman du même nom de Magyd Cherfi, l'ancien chanteur de Zebda, paru en 2016 aux éditions Actes Sud. Malik Chibane a achevé le tournage, qui a duré un mois à Toulouse, et nous annonce la sortie en salle prévue pour le 31 janvier prochain.

Le portrait réaliste d'une famille algérienne immigrée en France

C'est le début des années 1980, on y contemple l'histoire de Mourad, un jeune garçon d'origine algérienne vivant à Toulouse. Sa vie au quartier et au lycée, sa relation avec sa mère, ses amis et ses grands rêves de musique.

On suit Mourad dans ses péripéties alors qu'il doit élever sa vision des choses et élargir ses horizons. Le tout en endurant la vie dure d'une famille d'immigrée en France. Le réalisateur souligne l'importance du rôle de la mère, illustré par la brillante Adila Bendimerad ; portrait d'une femme immigrée, algérienne, maghrébine dans toute son authenticité et sous un nouvel angle.

Malik Chibane insiste sur le fait que le film se détache du roman de Magyd Cherfi, ayant changé le nom du personnage par Mourad Cherkaoui, mais sans pour autant trahir l'esprit qu'il véhicule. « ... Je pense que Magyd Cherfi et moi sommes un peu de la même famille. On raconte des histoires similaires avec une sensibilité commune », confie-t-il à France Bleu.

Dans son casting : Adila Bendimerad, dernièrement parue dans La Dernière Reine. Lyes Salem, qui a joué un rôle emblématique dans L'Oranais et Abdallah Charki, entamant tout juste sa carrière d'acteur dans le rôle principal de Mourad.

Synopsis du film « Ma part de Gaulois »

« Destiné à un CAP Mécanique, Mourad se retrouve finalement en cursus général grâce aux stratagèmes de sa mère. Objectif : le bac ! Une formalité pour les "Français" du centre-ville, mais un événement sismique pour Mourad et son entourage : le premier de la cité à aller jusqu'au bac ! Dans son lycée général, séparé de ses copains du quartier, il rencontre de nouveaux amis qui lui font découvrir la musique. Avec en fond sonore les rumeurs accompagnant l’arrivée au pouvoir de Mitterrand au printemps 1981, la Mère avait tout imaginé, sauf que son Mourad soit totalement indifférent au sacro-saint baccalauréat, en assumant sa Part de Gaulois », peut -on lire sur Allociné.

Retour en haut