Un acteur noir pour incarner Hannibal Barca : Vive polémique en Tunisie

Netflix a annoncé la production d'un film sur Hannibal Barca, héros carthaginois et figure emblématique de l'histoire nord-africaine, dans lequel l'acteur américain Denzel Washington incarnera le rôle principal. Cette décision a suscité une vive polémique en Tunisie, où de nombreux observateurs ont dénoncé une falsification et un révisionnisme historiques.

Les critiques portent principalement sur deux points : D'une part, Hannibal Barca était un homme d'origine carthaginoise (une colonie phénicienne) et non africaine – Denzel Washington est un acteur noir, d'origine afro-américaine. D'autre part, Hannibal Barca est une figure historique importante pour la Tunisie. Le choix de Netflix de ce personnage historique tunisien est perçu comme une appropriation culturelle par les États-Unis.

La polémique autour du film Hannibal Barca s'accentue

Le film ne devrait pas sortir avant 2025, mais il est probable que les discussions sur sa représentation d'Hannibal Barca continuent d'alimenter les débats en Tunisie et ailleurs. La polémique autour du film Hannibal Barca de Netflix est révélatrice de plusieurs tensions qui existent autour de la représentation de l'histoire. Dans un contexte de mondialisation et de diversification des cultures, les questions d'identité et d'appropriation culturelle sont de plus en plus soulevées.

La couleur de peau du personnage principal et l'appropriation culturelle sont mises en avant par les détracteurs de cette adaptation cinématographique. Hannibal Barca, général carthaginois du IIIe siècle avant J.-C., est considéré comme l'un des plus grands stratèges militaires de l'histoire. Son audace et sa réussite dans les guerres contre Rome ont fait de lui une figure emblématique de la Tunisie actuelle (ancienne Carthage).

La question de la couleur de peau est une question complexe, qui est souvent politisée. Dans le cas d'Hannibal Barca, la question est d'autant plus sensible que le personnage est considéré comme un héros national en Tunisie. Le choix d'un acteur noir pour incarner ce personnage est perçu par certains comme une falsification de l'histoire, voire comme une insulte à la mémoire des Carthaginois.

Quant à la ministre tunisienne de la Culture Hayet Ketat Guermazi, elle a défendu le choix de Netflix. Elle a déclaré que le film était de la fiction et que le réalisateur avait le droit de choisir les acteurs qu'il souhaitait.

Retour en haut