Du nouveau dans l'affaire du meurtre du dentiste algérien Rayan

La tragique disparition du dentiste d'origine algérienne Rayan Lemmouchi, en France, continue de susciter des rebondissements. Cette semaine, la police judiciaire a arrêté huit personnes, toutes accusées du meurtre du jeune dentiste.

Le jeune homme a été poignardé mortellement en mai dernier, lorsqu'il quittait un dîner familial dans un restaurant de Lilas, avec des membres éloignés de sa famille. Rayan, âgé de 25 ans, a été gravement blessé dans la rue par un groupe de personnes, suite à une frappe au couteau qui l’a touchée à l'artère fémorale. Il est décédé sur le coup.

Suite à cette tragédie, la police judiciaire a ouvert une enquête qui a abouti à l'arrestation, le 11 décembre, de huit hommes, tous accusés du meurtre du jeune dentiste algérien. Il semble que Rayan ait été une victime collatérale d'hostilités entre bandes rivales de quartiers. Parmi les personnes appréhendées, des mineurs et des adultes originaires de la ville voisine de Bry-sur-Marne, liés à la même affaire.

L'Algérien victime d'un conflit entre bandes rivales de quartiers

Selon des sources policières relayées par Le Figaro, l'un des agresseurs présumés a été blessé plus tôt dans la journée par un gang rival à Port de Bagnolet. En représailles, il a orchestré une attaque nocturne dans le quartier de Lilas. Ne trouvant pas leurs cibles initiales, les assaillants ont jeté leur dévolu sur Rayan, présent dans la rue à ce moment-là.

Les suspects ont été appréhendés suite à une enquête ordonnée par un juge d'instruction, confiée à la Direction régionale de la police judiciaire de Seine-Saint-Denis. Cette affaire tragique montre une nouvelle fois que les tensions sociales et les rivalités entre groupes peuvent conduire à des drames, comme la perte prématurée d'un professionnel de la santé. La famille de Rayan ainsi que la communauté algérienne en France réclament justice pour cet acte de violence insensé.

Retour en haut