Accusé à tort, un Algérien placé sous protection policière

Un ressortissant algérien établi en Ireland vit une situation troublante. L’homme est placé sous protection policière alors qu’il a été identifié par erreur comme le suspect de l’attentat au couteau sur la place Parnell à Dublin.

La police irlandaise a exprimé sa profonde inquiétude face à la propagation de fausses informations en ligne, soulignant le danger que cela représente pour la vie privée et la sécurité des personnes innocentes. L'incident a été provoqué par la publication d'un article par le média en ligne Gript, qui a été depuis supprimé, suite à l’intervention de la police.

Gript accusait à tort le ressortissant algérien d'être l'auteur de l'attaque au couteau devant une école de Dublin la semaine dernière, blessant trois enfants et un employé de la crèche. Les réseaux sociaux ont amplifié l'impact de cette fausse identification, partageant des milliers de fois la photographie et les détails de la personne accusée à tort. Cette situation a poussé les autorités à mettre en place des mesures de protection spéciales pour l'homme injustement ciblé.

Le vrai suspect est hospitalisé

Le vrai suspect, un Irlandais d’origine algérienne, a été appréhendé et hospitalisé sous soins intensifs. Son interrogatoire devrait avoir lieu d'ici la fin de la semaine, sous réserve de son aptitude médicale. Il a été violemment agressé par des passants qui l'ont empêché de commettre son crime.

Les publications en ligne, qui ont rapidement gagné en visibilité, ont conduit à des conséquences graves, notamment des menaces et des accusations portées à l’encontre de l'Algérien faussement identifié. Certains comptes en ligne, liés à des enquêtes en cours sur des actes de violence à Dublin, ont partagé de manière irresponsable les coordonnées de la mauvaise personne.

La police irlandaise a réagi en prenant contact avec Gript, le média en ligne ayant initialement diffusé l'article inexact. La ministre de la Justice, Helen McEntee, a confirmé l'engagement des forces de l'ordre dans cette affaire, soulignant la nécessité pour chacun de « assumer la responsabilité du contenu partagé en ligne ».

Gript supprime son article

L'article incriminé de Gript ne mentionne pas l'identité de l'Algérien faussement accusé, mais dévoile des détails de son dossier d'immigration, consultables sur des sites juridiques. Cette information a permis à des individus malintentionnés de divulguer son identité et des détails personnels, aggravant la situation.

John McGuirk, rédacteur en chef de Gript, a tenté de justifier l'article en affirmant qu'il était basé sur des sources officielles de la police. Cependant, la police a rapidement réfuté cette affirmation, déclarant que l'article était « très inexact » et que l'individu mentionné n'était en aucun cas lié à l'enquête sur l'attaque au couteau. Suite à la pression croissante et à la prise de conscience de l'erreur, Gript a supprimé l'article incriminé et a publié une déclaration indiquant qu'ils enquêtaient sur les circonstances de cette erreur.

Retour en haut