Désigné tueur en France alors qu'il se trouvait en Algérie

Une affaire de diffamation sur les réseaux sociaux secoue la France. Un lycéen et sa famille vivent un calvaire depuis que l’adolescent a été accusé de meurtre en France alors qu'il se trouvait en Algérie. Sa mère a déposé une plainte après que son fils ait été injustement désigné comme "tueur" sur les réseaux sociaux.

Suite à la tragique mort de Thomas à Crépol, des groupes extrémistes ont appelé à la vengeance. Sur les réseaux sociaux, des messages de haine sont diffusés et des photos de personnes désignées comme étant les auteurs du meurtre sont largement partagées.

La photo de ce jeune lycéen s’est ainsi retrouvée sur internet désigné comme l’un des meurtriers. La publication a suscité un million de vues, plongeant cette mère dans la peur pour la sécurité de son fils lycéen. Le hic est que la famille n'était pas en France au moment des événements, elle était en Algérie pour l’enterrement d’un parent.

La famille était en Algérie au moment des faits

La mère de famille a exprimé sur France Bleu, son incompréhension face à la situation actuelle. Elle relate comment elle a été alertée via Snapchat alors qu'elle se trouvait en Algérie : « je n'étais pas là du tout et je reçois sur mon snap : attention la tête de ton fils, elle tourne ». Choquée, elle découvre la mention "la tête des tueurs", alors que son fils n'était même pas en France, mais en Algérie pour les funérailles de sa grand-mère.

La mère poursuit en partageant l'inquiétante révélation faite lors de leur visite à la gendarmerie : « on nous a dit que nous avions bien fait de venir, car le lendemain, ils allaient venir péter notre porte ! » Toute la famille vit dans la peur pour la sécurité de son fils lycéen. « L'extrême droite a pris une ampleur de malade à l'extérieur du quartier, et sa tête a circulé dans les réseaux. C'est grave, La France, là, ça ne va pas du tout », confie-t-elle, exprimant sa crainte que son fils soit reconnu à tort et agressé.

Retour en haut