Transfert illégal de 20 millions de $ du Canada vers l'Algérie via la Chine

Deux individus résidant au Canada, Said Aimeur âgé de 55 ans de Laval et Nesreddine Atoui, 58 ans, de Montréal, sont suspectés d’avoir transféré illégalement 20 millions de dollars du Canada vers l’Algérie via la Chine. Cette affaire complexe mêle des activités financières clandestines entre les trois pays.

Les deux suspects, Said Aimeur et Nesreddine Atoui sont accusés d'avoir mis en place un stratagème sophistiqué visant à collecter et déplacer secrètement des fonds du Canada vers l'Algérie, en ayant recours principalement à des circuits financiers passant par la Chine. Les autorités canadiennes précisent que ces individus auraient contourné les canaux légaux en utilisant des méthodes astucieuses.

Selon les informations fournies par le média canadien La Presse, Nesreddine Atoui aurait proposé des services de transfert de fonds du Canada vers l'Algérie, ciblant spécifiquement la communauté algérienne établie à Montréal. Il aurait ainsi récolté des sommes d'argent de citoyens désireux d'envoyer des fonds à leurs proches en Algérie. Cependant, au lieu de parvenir directement aux bénéficiaires prévus, l'argent transitait par Said Aimeur.

Said Aimeur, homme d'affaires gérant plusieurs entreprises, utilisait ces structures pour acquérir des biens en Chine. Par la suite, ces biens étaient exportés et vendus en Algérie. Une fois les fonds ainsi générés rapatriés en Algérie, ils étaient remis aux destinataires initiaux. Un schéma ingénieux, mais en contravention avec la loi.

Pas de fraude

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) souligne que l'illégalité réside dans l'exploitation d'une entreprise de services monétaires sans enregistrement auprès du CANAFE, l'organisme canadien de lutte contre le blanchiment d'argent. Cependant, la GRC insiste sur le fait que l'enquête n'a révélé aucune fraude associée à ces opérations, ni de victimes ayant subi un détournement de fonds. Le délit concerne le caractère non réglementé du système en question, laissant ainsi la porte ouverte à d'éventuelles pratiques frauduleuses non détectées jusqu'à présent.

Dans le cadre de cette affaire, la GRC a procédé à la saisie de 178 000 dollars canadiens en espèces, découverts dans un coffre-fort, ainsi que d'une vingtaine de cahiers comptables manuscrits. Ces éléments attestent de la complexité du stratagème mis en place par les accusés.

Retour en haut