Visa d'études en France : Les conditions durcies par le sénat

Les conditions d’obtention du visa d’études en France ont été durcies par des mesures draconiennes adoptées par le Sénat. La "caution de retour" et les droits d'inscription majorés, vigoureusement renforcés, font partie des dispositions controversées du projet de loi sur l'immigration.

Alors que ce projet sera soumis à l'Assemblée nationale à partir du 27 novembre, il suscite des inquiétudes quant à son impact sur les étudiants étrangers. Dans une tribune publiée dans Libération, Gulsen Yildirim, Secrétaire nationale du PS en charge de l'enseignement supérieur et de la recherche, ainsi qu'Alexane Riou, Secrétaire nationale adjointe du PS en charge de l'enseignement supérieur et de la recherche, expriment leurs préoccupations.

Pour les deux socialistes, les droits d'inscription majorés et la "caution de retour" ne font qu'accroître les obstacles auxquels les étudiants étrangers sont déjà confrontés en France. Cette nouvelle politique d’immigration risque ainsi de dissuader les talents internationaux de choisir la France comme destination d'études.

La France hors du top 20 des destinations préférées des étudiants étrangers

Les signataires de la tribune expliquent que contrairement aux idées préconçues, l'apport économique des étudiants étrangers en France dépasse largement les dépenses engagées par l'État. Toutefois, malgré cette position internationale bien établie, la France perd de son influence, se retrouvant hors du top 20 des destinations préférées des étudiants étrangers. Une chute vertigineuse, passant du 3e au 6e rang des pays d'accueil avant 2018.

Le programme "Bienvenue en France" a été lancé en 2018 et visait à renforcer l’attractivité internationale de la France. Cependant, les récentes tentatives de durcissement de la politique à l'égard des étudiants et des chercheurs envoient un signal inquiétant pour l'image de la France à l'étranger. Ces mesures compromettent sérieusement l'attractivité scientifique et académique ainsi que l'influence globale des universités françaises.

Le durcissement des conditions d'entrée des étudiants étrangers ne fera que compromettre la réputation et la compétitivité des universités françaises sur la scène internationale. Les signataires de la tribune estiment qu’il est temps de réfléchir sérieusement aux implications de ces décisions et d'œuvrer en faveur d'une politique d'immigration plus équilibrée, respectueuse de la tradition française d'accueil des étudiants du monde entier.

Retour en haut