Des Algériens privés de leurs retraites en France

Plusieurs retraités algériens qui perçoivent leurs pensions en France se trouvent privés de leurs retraites en raison d’obstacles bureaucratiques. La problématique de la dématérialisation des procédures administratives en France prend une ampleur préoccupante, touchant particulièrement les retraités étrangers, dont de nombreux algériens.

Un collectif, Retraite IDF, a récemment organisé une manifestation devant le siège de la caisse nationale d'assurance vieillesse (CNAV) pour dénoncer la situation alarmante dans laquelle se trouvent ces personnes, privées de leurs pensions de retraite pendant des mois, voire des années. La mobilisation a rassemblé 10 000 signatures sur une pétition, démontrant l'ampleur du problème qui touche les personnes âgées, en particulier celles vulnérables, isolées, et éloignées du numérique.

Parmi les manifestants, des chibanis algériens qui expriment leur désarroi, en soulignant le silence de la caisse nationale d'assurance vieillesse face à leurs demandes. Cette situation renseigne sur la détresse de ceux qui se retrouvent dans l'incapacité de subvenir aux besoins de leur famille en raison du non-versement de leurs pensions.

La faute à la dématérialisation de la procédure

La dématérialisation des procédures administratives, associée à la fermeture des guichets physiques à la CNAV, expose les retraités les plus vulnérables à une précarité grandissante. Les obstacles administratifs rendent les démarches pour accéder à leurs pensions de retraite particulièrement complexes, les laissant sans ressources pendant des périodes prolongées.

Face à cette situation préoccupante, le collectif Retraite IDF et ses soutiens envisagent de remettre la pétition contenant 10 000 signatures au directeur général de la CNAV, Renaud Villard. Leur objectif est également de demander la mise en place de mesures concrètes et urgentes pour remédier au non-recours aux droits des retraités et futurs retraités.

La mobilisation des Chibanis en France contre la dématérialisation des procédures administratives démontre l'urgence d'agir pour garantir l'accès aux droits des retraités les plus vulnérables. Il appartient aux autorités de prendre des mesures concrètes afin d'éviter que ces personnes se retrouvent dans une précarité croissante, privées de leurs moyens de subsistance essentiels.

Retour en haut