Voici le montant en devises transféré par la diaspora vers l'Algérie

La diaspora algérienne, à l'instar d'autres communautés, joue un rôle important dans la contribution à l'économie nationale. Cependant, cet impact est en déclin ces dernières années. Les Algériens établis en France ont longtemps été une source de transfert d'argent vers l'Algérie. Néanmoins, les montants transférés depuis l’étranger sont en net recul.

Les envois en devises sont un soutien précieux pour des milliers de familles en Algérie. Néanmoins, selon un rapport de la Banque mondiale, les Algériens transfèrent de moins en moins de devises vers leur pays d'origine. Ces transferts ont connu une baisse significative au cours des dernières années, remettant l'Algérie au 9e rang en termes de fonds reçus, loin derrière la Tunisie, l'Égypte, le Maroc et le Nigeria.

Les Algériens à l'étranger n'ont transféré que 1,8 milliard de dollars en 2022, soit une baisse de 100 millions de dollars par rapport à l'année précédente. Cette diminution est frappante par rapport à la période de 2015 à 2019, où les envois d'argent vers l'Algérie se maintenaient autour de 1,9 milliard de dollars, avec un pic de 2,45 milliards de dollars en 2014.

Pourquoi les transferts de la diaspora sont en recul ?

Mais pourquoi cette nette diminution des transferts d'argent de la diaspora algérienne ? La réponse réside principalement dans les circuits de transfert. La Banque mondiale ne tient compte que des transferts officiels, tandis que de plus en plus d'Algériens se tournent vers des circuits informels. La raison est simple : l’Algérie possède un double taux de change, le taux officiel et le taux du marché noir. Les Algériens préfèrent le deuxième circuit en raison de taux de change plus avantageux.

La différence est significative, ce qui pousse de nombreux Algériens à opter pour ce circuit informel, qui agit comme une véritable institution bancaire. Il suffit de remettre des euros à des cambistes en France, pour que des membres de la famille ou des proches en Algérie les reçoivent ensuite avec un taux de change plus avantageux que celui du marché officiel.

Le transfert de fonds de la diaspora vers leur pays d'origine est une part importante du PIB de certains pays, mais l'Algérie, malgré sa diaspora importante, se situe en retrait par rapport à d'autres pays d'Afrique du Nord.

Retour en haut