Paris : Macabre découverte dans l'appartement d'un boucher algérien

La police de Paris a fait une macabre découverte dans l’appartement d’un boucher algérien établi en France. Le corps d'une femme de 44 ans a été retrouvé dans son congélateur, ce qui a conduit les autorités à le considérer comme le principal suspect du meurtre. Actuellement, il est en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire d'Évry, qui est chargée de mener les investigations sur cette affaire.

Le drame a suscité une profonde consternation parmi les résidents du quartier et de l'ensemble de la ville d'Évry. Le corps de la femme, originaire du Bénin et mère de trois enfants, a été découvert samedi lors d'une perquisition effectuée au domicile de son compagnon âgé de 47 ans. Le principal suspect dans cette affaire est l'homme de nationalité algérienne, qui exerce la profession de boucher.

Selon les informations relayées par Le Parisien, les événements tragiques remontent au 20 juillet dernier, lorsque la victime, qui exerçait comme accompagnante d’élèves en situation de handicap (AESH) en école primaire, a été déposée chez son compagnon par son fils. Le lendemain, n'ayant aucune nouvelle de leur mère, ses enfants ont alerté les autorités de sa disparition. Le fils aîné a également témoigné avoir vu le compagnon de sa mère le soir même, dans un état d'ébriété avancé, indique la même source.

Le ressortissant algérien placé en garde à vue

Ce n'est qu'environ quatre jours après la disparition, le vendredi soir vers 23h30, que la police a finalement arrêté le compagnon de la victime, initialement pour « port d'arme ». Lors de l'arrestation, les agents ont aussi noté qu'il présentait des traces de sang sur lui.

C’est alors que les agents auraient procédé à une perquisition de son domicile, où ils ont fait une terrible découverte : le corps sans vie de la victime était caché dans le congélateur de l'appartement, qui était conjointement occupé par le suspect et son frère.

Une enquête criminelle a été alors ouverte et confiée à l’antenne de police judiciaire afin d'élucider les circonstances entourant ce crime tragique. Selon les témoignages d'Emma et Maya, des amies proches de la victime depuis longtemps, cette dernière aurait exprimé, il y a quelques jours, son souhait de mettre un terme à sa relation avec son compagnon algérien, ce qui aurait provoqué la colère de ce dernier. En conséquence, ils se seraient fixé un rendez-vous le mercredi soir pour « discuter » de la situation.

Retour en haut