Tebboune accorde la nationalité algérienne à l’archevêque d’Alger

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a accordé la nationalité algérienne à l’Archevêque d’Alger, Jean-Paul Vesco, en vertu d’un décret présidentiel. Ce dernier est en poste en Algérie depuis 2022. Il a exercé dans plusieurs wilayas de l’est du pays notamment dont Tlemcen et Oran. 

L’archevêque d’Alger, Jean-Paul Vesco est naturalisé algérien. Il s’est vu en effet octroyé la nationalité algérienne en vertu d’un décret présidentiel, signé par le chef de l’Etat Abdelmadjid Tebboune.

« Est naturalisé Algérien conformément aux termes et conditions de l’article 10 de l’ordonnance n 70-86 du 17 Chaoual de l’année 1390 de l’hégire, correspondant au 15 décembre de l’année 1970, portant Code de la nationalité algérienne, amendé et complété, la personne dénommée ci-après : Vesco Jean-Paul, né le 10 mars 1962 à Lyon (France) et résidant à Oran », peut-on lire en effet dans ce décret présidentiel, cité lundi 27 février par l’agence de presse officiel APS.

Notons que cet archevêque est en poste depuis plus de 20 ans en Algérie où il a exercé dans plusieurs wilayas. Il a ainsi séjourné notamment à Beni-Abbès et à Tlemcen avant sa nomination au poste de Vicaire général du diocèse d’Oran entre 2005 et 2010. Il a été nommé ensuite évêque de la même ville en 2012.

Archevêque d’Alger depuis 2021

Titulaire, entre-autres, d’une maîtrise en Droit des Affaires et d’un diplôme de Hautes études commerciales (HEC Paris), il a exercé la profession d’avocat de 1989 à 1995. Jean-Paul Vesco occupe le poste d’archevêque d’Alger depuis le mois de décembre 2021.

Il est à noter que ce n’est la première fois que le président de la République accorde la nationalité algérienne à des personnalités d’origines étrangères exerçant en Algérie. Le mois d’octobre dernier, Abdelmadjid Tebboune a accordé la nationalité algérienne à 17 étrangers dont une Marocaine et deux britanniques.

Il est à souligner pour rappel que la nationalité algérienne pour un étranger s’obtient notamment par le mariage avec un Algérien ou une Algérienne, par demande de naturalisation ou par dérogation notamment pour services rendus à l’Algérie.

 

 

Retour en haut