Aéroport d'Alger : voici les saisies insolites de la douane

Des saisies pour le moins insolites ont été enregistrées au niveau de l'aéroport international d'Alger, au cours des derniers mois, par les services des douanes algériennes. Des produits classés sensibles et d'autres interdits à l'importation tels que les armes, les caméras de surveillance, mais aussi des médicaments et téléphones portables, entre autres, ont été en effet récupérés sur des voyageurs. 

Certains passagers à destination de l'Algérie, et c'est le cas d'ailleurs pour les voyageurs vers d'autres destinations, n'hésitent pas à transporter des objets qui donnent des tournis et qui dépassent tout entendement. C'est le moins que l'on puisse dire en fait.

Au niveau de l'aéroport international d'Alger, les éléments de la douane nationale qui veillent au grain ont pu récupérer en effet une multitude d'objets dont certains sont interdits à l'importation et d'autres classés sensible. Un véritable coup de filet réussi en l'espace de quelques mois.

Des armes, des médicaments, des téléphones...

Les produits ont été exposés par le contrôleur général et inspecteur divisionnaire la douane, Mouloud Chergui, devant la caméra de la chaine de télévision El Bilad. On y voit ainsi des armes blanches, des sabres et des poignards différents calibres, des pistolets, des cameras de surveillances, des drones, des jumelles, des talkies walkies, des tréphones portables.

« Ces téléphones sont importés en kits et seront rassemblés ensuite. C'est une ruse de la part de certains voyageurs, mais la vigilances des agents de la douane a fait échouer leur tentative », explique le responsable.

La saisie comporte également des ampoules pour voitures, une cargaison de produits de maquillage ainsi des forte quantités de médicaments et des compresse ophtalmiques. « Ces pratiques touchent profondément les intérêts du trésor public. Il faut les combattre », a indiqué le contrôleur général de la douane qui rappelle qu'il y a une procédure légale à suivre pour importer certains produits.

Retour en haut