Guerre contre l'informel : le marché noir des devises dans le viseur

Le marché noir des devises est plus que jamais dans le viseur des autorités en Algérie. Une guerre sans merci sera menée sous peu contre ce fléau qui gangrène l'économie nationale. Le constat a été fait depuis belle lurette, mais les différents gouvernements qui se succédées aux commandes du pays n'ont pas pu mettre fin à ce marché qui ne cesse de prospérer. 

Cette activité se fait d'ailleurs au su et au vu de tout le monde. Le square Port-Saïd, le noyau du marché noir des devises en Algérie est situé au cœur d'Alger à proximité même des organismes de l'Etat. Des annonces ont été faites à maintes reprisse dans le passé pour éradiquer ce marché. En vain. En 2016, une loi a été adoptée pour lutter contre cette activité, mais rien n'a été fait pour l'appliquer.

Face au manque d'une volonté politique pour mettre définitivement fin à ce fléau, une loi est insuffisante. Cette volonté qui faisait alors défaut est bien de mise actuellement. « L'Algérie nouvelle », telle qu'elle est conçue par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, affiche en effet clairement ce vœu d'en finir une bonne fois pour toute avec le marché parallèle de la devise.

« Concernant les devises, j’ai promis d’assainir l’économie algérienne. Le Square a été utilisé pour l’évasion et le transfert illicite des devises et de sommes importantes non déclarées vers l’étranger », a affirmé le chef de l'Etat quelques mois après son élection.

Les bureaux de change en antidote

Il est clair que cela ne pouvait pas intervenir du jour au lendemain. Un cadre juridique s'imposait pour lutter efficacement contre ce marché qui a pris des racines dans le pays. Abdelmadjid Tebboune a ordonné ainsi de mettre en place une loi relative à la monnaie et au crédit. Celle-ci dont le projet est fin prêt, comme l'a souligné le ministre de la Justice dernièrement, permettra la création des bureaux de change qui constituent en fait l'antidote de ce fléau.

En résumé, des bureaux de change, pour éradiquer ce mal qui plombe l'économie nationale, verront bientôt le jour, ce qui permettra ainsi de venir à bout de ce marché.

Lire aussi  - Marché noir de devise : le square Port-Saïd Alger bientôt fermé

Retour en haut