Fermeture des églises en Algérie : le ministre des Affaires religieuses s'exprime

Le ministre des Affaires religieuses s'est exprimé, dimanche 18 décembre, sur la fermeture des églises en Algérie. Dans des déclarations à la presse, Youcef Belmahdi a indiqué que ni les chrétiens encore moins leurs lieux de culte n'ont fait objet d'un quelconque harcèlement de la part des citoyens algériens et du gouvernement. 

Des informations faisant état de fermeture d'une église dans un tel ou tel endroit en Algérie sont relayées sur les réseaux sociaux. Des internautes indiquent que les chrétiens font l’objet d'un « mauvais traitement et d'harcèlement de la part des citoyens et des autorités ».

Chose qu'a rejeté en bloc le ministre des Affaires religieuses qui s'est exprimé sur le sujet ce dimanche 18 décembre. Youcef Belmahdi a balayé d'un revers de la main toutes ces accusations affirmant que les chrétiens ont droit au même traitement que tous les citoyens et que les églises sont logées à la même enseigne que les mosquées.

"Il n y a pas eu de fermeture d'églises en Algérie"

« Il n y a pas eu de fermeture d'églises en Algérie, comme cela a été rapporté », a soutenu le ministre dont les propos ont été rapportés par le journal arabophone Ennahar citant la Radio Algérie Internationale. Youcef Belmahdi a souligné qu'il a été procédé à la fermeture de certains locaux qui faisaient office d'églises et qui ne répondaient pas aux normes requises par la loi. « Même procédure a été appliqué également contre les écoles coraniques et aux mosquées qui ne sont pas qualifiées pour la pratique religieuse », a expliqué le ministre.

Ce dernier a réitéré du coup l'engagement de l'Algérie en faveur de la liberté du culte à condition de respecter la réglementation en vigueur. Il y a lieu de signaler que depuis quelque temps, il ne se passe pas une année sans que l'on fasse état de la fermeture de plusieurs églises en Algérie.

Retour en haut