Affaire Lola : L'Algérienne Dahbia. B. ne souffre d'aucun trouble psychique

Du nouveau dans l'affaire du meurtre de la petite Lola, le mois d'octobre dernier à Paris et dont est impliquée une ressortissante algérienne. Dahbia B, 24 ans, qui a été arrêtée quelques jours après le crime, ne souffre finalement d'aucun trouble psychologique, selon les conclusions de l'enquête révélées vendredi par le journal le Parisien et relayées par plusieurs sources médiatiques françaises.  

Dahbia. B, principale suspecte dans le meurtre de Lola, une collégienne de 12 ans trouvée morte dans une manne le 14 octobre dernier à Paris ne souffre d'aucun trouble d'ordre psychologique, comme le laisser supposer son comportement. La mise en cause d'origine algérienne présentait en effet des signes de troubles après son arrestation.

Pour lever toute équivoque, il a été ordonné une expertise psychologique. Celle-ci a révélé finalement que la présumée meurtrière de Lola ne souffre d'aucun problème psychique. Dahbia. B ne souffre "d'aucun trouble psychique ou neuropsychique ayant aboli ou altéré son discernement", a indiqué en effet le médecin ayant menée cette expertise.

Dahbia Benkired
Dahbia Benkired

Les conclusions de l'expertise psychologique

Dans son rapport remis au juge d'instruction, le psychiatre a souligné qu'elle présentait cependant " un trouble grave et complexe de la personnalité" et une "absence d'empathie et de culpabilité". Le meurtre pourra être « en lien avec un traumatisme ancien de nature sexuelle qui serait enfoui dans l’inconscient de la jeune femme », écrit-il encore.

Il a également mis en exergue, indiquent des sources médiatiques citant le même rapport, que "sa dangerosité doit retenir toute l'attention" car "le risque de violence étant évalué étant très élevé".

Il a également détecté chez la mise en cause « un haut potentiel narcissique psychopathique, c’est-à-dire une surestime de soi » et « une tendance à la manipulation, ainsi qu’une structuration perverse de sa personnalité tentant de disséminer le trouble et la confusion chez son interlocuteur ».

Une contre expertise n'est pas à écarter mais dans l'état actuelle des chose, Dahbia B mise en examen pour homicide et viol,  est déclaré pénalement responsable et est susceptible d'être jugée devant un tribunal. Notons que celle-ci a déjà reconnu les charges retenues contre elle.

Lola
Lola

 

Retour en haut