Numidia Lezoul bat un nouveau record sur Tiktok

En dépit de son absence depuis plus de 10 mois sur les réseaux sociaux, l'influenceuse algérienne, Numidia Lezoul continue à battre les records en matière de suivi. L'influenceuse a réalisé un chiffre tout simplement impressionnant sur la plateforme Tiktok.

Numidia Lezoul a cessé son activité sur les réseaux sociaux depuis plus de 10 mois. Elle ne donne plus de signes de vie depuis sa sortie de prison le mois d'août dernier. L'influenceuse avait passé 6 mois de détention dans le cadre de la fameuse affaire d'escroquerie dite "Future Gate" avant d'être innocentée.

D'aucun s'attendait à ce qu'elle reprenne le service sur Instagram et sur Tiktok où elle compte des millions de followers. Numidia Lezoul ne l'a cependant pas fait au grand dam de ses fans qui guettent impatiemment son retour. L'attente de ces derniers toucherait actuellement à sa fin. Des sources concordantes indiquent en effet, que leur idole reprendra son activité prochainement.

Numidia Lezoul bientôt de retour sur les réseaux sociaux

En attendant, les fans ne peuvent que se consoler des anciens contenus de l'influenceuse qui continue, son ascension fulgurante malgré son absence. Numidia Lezoul a battu pour ainsi dire un nouveau record sur Tiktok.

Son compte sur cette plateforme a enregistré ces quelques derniers semaines plus d'un milliards de vues. Idem sur Instagram où son compte a été tout simplement pris d'assaut quotidiennement. Avec ses 6.5 millions de followers, Numidia Lezoul est l'instagrameuse la plus suivie en Algérie.

Le moins que l'on puisse dire en somme c'est que les internautes ont hâte de retrouver leur " bébé d'amour", chose qui se fera probablement très prochainement. Numidia Lezoul a compris le message, indique t-on, et compte se manifester pour reprendre son activité dans les tous prochains jours.

Pour rappel, l'influenceuse a été arrêtée le mois de janvier dernier après l'éclatement de l'affaire "Future Gate". Une affaire d'escroquerie dont ont été victimes des étudiants algériens auxquels on n'avait promis des visas et des facilités pour des études à l'étranger.

 

Retour en haut