L'Algérie lance un appel fort au Maroc

L'Algérie a lancé, jeudi 11 novembre, un appel au Maroc l'invitant à nouer des discutions avec le Front Polisario, afin de mettre fin au conflit dans le dossier du Sahara occidental. C'est ce qui ressort d'un communiqué du ministère des Affaires étrangère ayant sanctionné la rencontre du secrétaire général de ce département avec l'ambassadeur de l'Afrique du Sud à Alger. 

Amar Belani et Billy Lesedi Masetlha ont passé en revue plusieurs dossiers en lien avec la coopération bilatérale et la situation régionale, a souligné la même source. Ce fut également l'occasion d'évoquer le dossier du Sahara occidental. « Les discussions ont également portées sur les questions régionales d’intérêt commun, dont notamment la question du Sahara occidental », peut-on lire en effet dans le document du ministère des Affaires étrangère.

Un dossier dans lequel les deux pays, l'Algérie et l'Afrique du Sud, partagent une même position et une même vision pour une sortie de crise. Ils ont toujours affiché en effet leur soutien au peuple sahraoui dans son combat et sa lutte pour l'autodétermination.

Le Maroc et le Front Polisartio appelés à "reprendre les négociations directes"

Tout en réaffirmant « leur soutien indéfectible à la lutte juste du peuple sahraoui », les deux hommes ont souligné, indique le communiqué, « la nécessité pour les deux parties au conflit, à savoir le Front Polisario et le Maroc, de reprendre les négociations directes, sans conditions préalables et de bonne foi, en vue de parvenir à une solution politique mutuellement acceptable qui garantit l’autodétermination du peuple du Sahara occidental, conformément à la légalité internationale ».

Il faut dire que cet appel n'a que peu de chance d'être pris en considération par les autorités marocaines qui maintiennent le cap et tiennent encore et toujours à leur feuille de route. Un vieux conflit qui risque de s'inscrire encore dans la durée, dans la mesure où la vision de l'un et de l'autre concernés dans ce bras de fer s'éloigne plus qu'elle ne rapproche.

Retour en haut