Risque de tsunami en Méditerranée, selon l'UNESCO

Plusieurs régions du monde ont été le théâtre de tsunamis dévastateurs. Les côtes méditerranéennes ont été épargnées jusque-là. Du moins durant les dernières années. La région est-elle donc une zone hors risque pour ce genre de phénomène?  La réponse pourrait surprendre certains, mais elle est négative. Selon l'ONESCO le risque existe bel et bien. L'organisation n'écarte pas un éventuel mouvement dans les 30 prochaines années. 

La méditerranée a été frappée par des tsunamis dans le passé, soulignent des spécialistes. Le phénomène pourrait donc se reproduire, indiquent-t-on. Le centre d'alerte tsunami français CENALT (Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives) a fait état d'un tsunami qui a ravagé la ville de Nice et surtout à Ligurie, en Italie en 1887, rapporte le journal le Figaro qui est allé à la rencontre des responsables du centre à l'occasion de la journée de sensibilisation aux tsunamis, samedi 5 novembre.

La coordinatrice nationale dudit centre, Hélène Hébert, a fait savoir que ce mouvement a causé 8 morts et 55 blessés dans les Alpes-Maritimes et 635 décès en Italie.  «Un flux de la mer de 50 cm d'eau peut être particulièrement dévastateur : celui-ci peut arriver à une vitesse de 40 km/h et faire alors tomber et emporter des personnes fragiles, des personnes âgées ou encore des enfants », a indiqué Hélène Hébert, qui a souligné que la hauteur des vagues soulevées par le tsunami 1887 « mesuraient plutôt un à deux mètres ».

La méditerranée est une zone sismique par excellence

Le CENALT et les spécialistes indiquent le tsunami peut être provoqué par un séisme, une éruption volcanique ou encore des mouvements sous-marins. Celui enregistré à Nice a été causé par un séisme, affirme la coordinatrice du centre. Celle-ci a évoqué le tremblement de terre de l'Algérie en 1980 et 2003 pour dire que la méditerranée connait une forte activité séismique, d'où le risque d'un tsunami dans la région.

La même responsable a fait savoir que le séisme de 2003, dont l'épicentre a été localisé dans la wilaya de Boumerdès, avait provoqué des vagues de deux à trois mètres de hauteur aux Îles Baléares, qui avait alors enregistré des centaines de bateaux endommagées.

 

 

 

Retour en haut