France : une école privée musulmane porte plainte contre une préfecture

Une école privée musulmane a porté plainte contre la préfecture de la Drôme, au sud de la France. Il s'agit de l'établissement de l’association Valeurs et Réussites qui a officiellement saisi le procureur de la République à Valence pour « dénonciation calomnieuse ».

L'école reproche à la préfète Elodie De Giovanni le fait d'avoir annulé la vente d'un lot de terrain que l'association qui la gère allait acheter pour l'installation de l'établissement, indiquent des sources médiatiques concordantes. La transaction allait être conclue avant que la préfecture ne fasse volte-face à la dernière minute.

La préfète avait reçu les membres de l'association en 2021. À aucun moment, elle s'est opposée à la vente de cette parcelle de terrain, souligne-t-on. Le 27 juillet dernier, elle a néanmoins saisi la mairie de Valence pour lui signifier que cette école « apparaît en totale contradiction avec une politique publique dont l'objectif d'intérêt général consiste à ouvrir le quartier sur l'extérieur et ce faisant à contrer des dynamiques d'enfermement communautaire ».

Les raisons du conflit naissant

La préfète a ainsi invité l'édile communal à « la prudence ». Dans son courrier adressé au maire, elle a souligné que l'association fait « l'objet de la plus grande attention de la part des services de l'État au nom de la lutte contre le séparatisme ».

La vente du lot de terrain, actée pourtant le 27 juin dernier, a été finalement tout simplement annulée, pour  des raisons d’urbanisme. La décision a été signifiée pour l'école le 3 octobre dernier. La raison officielle avancée pour expliquer cette annulation n'a pas trop convaincue l'association Valeurs et Réussites, qui a fini par apprendre les raisons réelles qui étaient derrière ce volte-face.

Suite à quoi, elle a décidé de porter plante contre la préfecture et sa première responsable. Ladite association compte aller jusqu'au bout pour récupérer le terrain et implanter son école. Un bras de fer est en perspective.

Lire aussi : 48,8 % des Français estiment qu’il y a «trop d’immigrés en France»

 

 

Retour en haut