Prix des voitures importées en Algérie : les prévisions de la douane

La douane algérienne a éclairci la procédure de l’importation des voitures de moins de trois ans d’âge. Les services concernés ont donné des prévisions sur le montant global de la facture d’un véhicule importé. Algérie Expat vous met au courant de ces prévisions dans cet article.

En effet, la reprise de l’importation des voitures de moins de trois ans a été attendue avec beaucoup d’intérêt par les Algériens. En cause ? La flambé des prix des véhicules qu’a connue le marché local ces derniers années.

Formalités douanières : 39 % de frais supplémentaires

S’exprimant devant des journalistes, les services de la douane algérienne ont levé le rideau sur la procédure à suivre pour importer une voiture de l’étranger avec passeport.

La douane a indiqué que l’importation d’une voiture en Algérie coûtera 39 % de plus que sa valeur. Ces frais supplémentaires concernent entre autres les 250.000 DA de la quittance ainsi que les droit du dédouanement estimés entre 800.000 et 850.000 DA selon la valeur du véhicule. De plus, l’importateur doit acquitter de 19% de la TVA ainsi que de 2 % de la TCA (taxe sur chiffre d’affaire).

Ainsi, une fois que l’acheteur a réglé tous ces frais, il pourra récupérer le certificat 846 A. Un document attestant que « le client » a payé « les droits de douane et les taxes à la préfecture pour l’importation d’un véhicule ». Il est remis par les douaniers.

Il convient de rappeler par ailleurs que le gouvernement algérien a communiqué les conditions de l’importation des voitures à l’occasion du projet de loi de finances de 2023. L’exécutif a précisé que l’importateur de la voiture doit être un particulier résidant en Algérie. Aussi, la voiture doit être destinée à l’utilisation personnelle et non à des fins commerciales.

Il faut savoir également que le citoyen algérien n’a le droit d’importer qu’un seul véhicule de moins de trois ans d’âge chaque trois ans.

Lire aussi - Conditions d’importation des véhicules de moins de 3 ans : ce qu’il faut savoir

Retour en haut