L'ancien DG de l'aéroport d'Alger lourdement condamné par la justice

La Cour d’Alger a rendu, ce dimanche 23 octobre, son verdict dans l'affaire impliquant l'ancien président directeur général de la Société de gestion des services et infrastructures aéroportuaires (SGSIA), Tahar Allache dont le procès en appel s'est déroulé le 10 du même mois. Poursuivi dans des dossiers de corruption, l'ex patron de l'aéroport d'Alger a été condamné à 6 ans de prison ferme.

Tahar Allache qui a été limogé de son poste le 31 mai dernier, après 15 ans de service, est poursuivi dans une affaire de corruption. Il est accusé notamment dans le cadre de la réalisation de la nouvelle aérogare internationale d’Alger. Un projet qui avait couté des milliards au trésor public.

« Dilapidation de deniers publics, abus de fonction et passation de marchés contraires à la réglementation », tels sont en effet les chefs d’inculpation retenus contre lui. Introduit devant la justice, le mis en cause a écopé d'une peine de 8 ans de prison ferme le mois de juillet dernier. La peine a été prononcée contre lui par pôle pénal économique et financier de Sidi M’hamed (Alger).

Poursuivi dans une affaire de corruption

Contestant le verdict, l'ancien président directeur général de la Société de gestion des services et infrastructures aéroportuaires a fait appel et son procès s'est tenu le 9 octobre dernier au niveau de la Cour d'Alger. Tout comme lors de son audition par la première instance, Tahar Allache a rejeté les accusations retenues contre lui.

Il a ainsi soutenu qu'il avait respecté la réglementation et la procédure administrative avant l’octroi du marché portant la réalisation du projet d'extension de l'aéroport d'Alger. Il avait également affirmé qu’il avait associé toutes les parties concernées dans les tractations et les décisions prises.

Le procureur de la République a requis cependant une peine de 15 ans de prison contre lui. L’ex-président directeur général de la Société de gestion des services et infrastructures aéroportuaires a été finalement condamné à 6 ans de détention.

 

Retour en haut