Prix des voitures importées en Algérie : le gouvernement rassure

Le gouvernement a tenu à rassurer les citoyens algériens quand aux prix des véhicules importées. Le ministre de l'Industrie, Ahmed Zeghdar a indiqué mardi 18 octobre, que les prix de ces voitures importées en Algérie seront « raisonnables ».

"Les prix des véhicules importés obéiront à la loi de l'offre et de la demande", a déclaré le ministre à la presse lors d'une tournée au salon de l'alimentation organisé en marge de la célébration de la Journée mondiale de l'alimentation. Voilà ce que ne pourra que soulager les citoyens qui commençaient, il faut le dire, à s'inquiéter au sujet des coûts des voitures importées.

Il y a lieu de signaler que cette déclaration concerne les véhicules qui seront importées par les constructeurs automobiles. Ces derniers sont autorisés, signalons- le, à exercer cette activité en attendant leur installation en Algérie et le lancement de la production localement.

Pour rappel, le gouvernement a donné son feu vert la reprise de l'importation des véhicules de moins de 3 ans d'âge pour les particuliers mais aussi pour les constructeur automobiles qui envisagent d'ouvrir des usines de production en Algérie.

Les prix ne seront pas arrêtés par les importateurs

A titre d'exemple, le groupe Fiat qui a signé jeudi dernier, une convention- cadre avec le ministère de l'Industrie pour le montage automobile pourra commencer par importer des voitures de cette marque fabriquées à l'étranger en attendant la concrétisation de son projet portant l'ouverture d'une usine de montage prévue à Oran, à l'ouest du pays.

Cela est également valable pour les autres constructeurs qui emboiteront certainement le pas au groupe italien et qui viendront investir en Algérie. Les prix de ces véhicules importés ne seront donc pas fixés par les opérateurs, selon les déclarations  du ministre.

Il est vrai que si c'était le cas, les prix de ces voitures seront très chers en calculant les taxes douanières, les frais de transports et autres. C'est ce que redoutaient d'ailleurs, les citoyens algériens qui peuvent être désormais rassurés.

Retour en haut