France : des sans-papiers algériens s'évadent d'un centre de rétention

Des sans-papiers algériens et tunisiens se sont évadés, vendredi 14 octobre, du centre de rétention Rouen-Oissel, en France. Jusqu'à samedi soir, ils n'ont pas été encore retrouvés et les recherches se poursuivaient toujours, selon des médias français citant des sources policières. 

La région de Rouen, au nord de la France, vit depuis vendredi 14 octobre au rythme d'un fait digne d'un film d'action hollywoodien. Neuf personnes se sont évadées du Centre de rétention administratif d’Oissel. Les évadés sont des Algériens ou des Tunisiens, des clandestins qui étaient en attente de leurs expulsions, indiquent des sources médiatiques françaises qui ont largement relayé l'information ce dimanche 16 octobre.

« Les neuf retenus se sont évadés aux alentours de 22H00 (vendredi, ndlr) en brisant un mur », a indiqué une source policière à l'AFP citée par les mêmes médias. Une vaste opération de recherche a été enclenchée de suite, indique-t-on. Les 9 individus restaient cependant introuvables, du moins jusqu'à la soirée de samedi 15 octobre.

Tout pour éviter leur expulsion

Les opérations de recherches ont été rendues difficiles à cause de la densité de la forêt ou est situé ledit Centre. Il est clair que cette évasion spectaculaire a été entreprise par ces clandestins afin d'éviter leur expulsion dans leurs pays, en Algérie ou en Tunisie. Cette opération rappelle d'ailleurs le geste entrepris par un sans-papier algériens qui a tout fait pour échapper à son expulsion, il y a quelques jours à Marseille.

Arrêté puis conduit à l'aéroport de la cité phocéenne, celui-ci qui était accompagné par trois policiers, est allé jusqu'à agresser ces derniers au niveau de l'aéroport. Le vol a été d'ailleurs annulé sur décision du commandant du bord et le clandestin algérien a été repris par les policiers et n'a donc pas été renvoyé en Algérie. Il avait peut-être retardé l'échéance, mais il avait bien réussit son coup.

 

 

Retour en haut