Après Renault Algérie, c'est au tour du Kia Motors

Après le groupe italien Fiat et le géant français, Renault qui devront lancer leur activité en Algérie prochainement, un autre constructeur automobile se tient prêt pour reprendre le service. Il s'agit du fabriquant sud-coréen, Kia dont l'usine située à Batna, à l'est du pays n'attend plus que les autorisations pour entamer la production.

Les choses vont en s'accélérant pour le secteur de l'automobile en Algérie. Trois bonnes nouvelles ont été enregistrées durant la semaine dernière concernant cette filière qui a connu une longue léthargie. Dimanche passé, le chef de l'Etat a donné son autorisation pour la reprise de l'importation des véhicules de moins de 3 ans. Jeudi, un contrat a été signé avec le groupe italien Fiat pour le lancement de la production en Algérie.

D'ailleurs, les premières voitures de cette marque fabriquées localement sont attendues pour l'année prochaine, selon le ministre de l'Industrie, Ahmed Zeghdar. Dans la foulée, le patron de Renault Algérie a également annoncé la mise en service prochaine de son usine d'Oran. «Trois jalons importants, ces derniers jours, qui préparent la reprise prochaine de la production à l'usine de Renault Algérie Production d'Oran», a écrit le directeur générale de cette entreprise, Remi Houillons sur son compte Linkedin.

Kia Motors, tout pour reprendre la production en Algérie

Un autre constructeur automobile et pas des moindres se tient également prêt pour reprendre le service en Algérie. Kia Motors dont l'usine est située dans la wilaya de Batna n'attend plus désormais que le feu vert des autorités algériennes pour se lancer dans la production. Il faut dire que le constructeur sud coréen n'a pas attendu les dernières décisions du gouvernement pour se tenir prêt. Il a pris ses devants depuis plusieurs mois.

Une importante délégation, conduite par l'ambassadeur de la Corée en Algérie s'est rendu au niveau de cette unité, le mois de mai dernier et ce afin de visiter les équipements qui étaient sur place. Selon des sources proches de « Global Group », son partenaire en Algérie, Kia est disposé à répondre favorablement aux conditions exigées par le gouvernement dans le secteur.

Il s'agit notamment du taux d'intégration des produits locaux qui doivent être en grande partie fabriqués en Algérie. Le constructeur asiatique qui promet de créer des centaines de postes d'emploi, s'est engagé à procéder à un taux d'intégration de plus de 50% des produits nationaux dans la fabrication des véhicules.

Retour en haut