Filiale low cost d'Air Algérie : la solution qui réglera tous les problèmes

Le président-directeur général d’Air Algérie, Yacine Benslimane, a été interpellé sur la nécessité d'ouvrir une filiale low cost. C'est ce qu'a souligné le député de l'émigration Abdelouahab Yagoubi dans une publication sur sa page Facebook. Cette proposition a été faite, ce dimanche 16 octobre, lors d'une réunion à laquelle ont assisté 4 autre parlementaires. 

Air Algérie règne en maître sur le secteur du transport aérien en Algérie. L'ouverture du secteur aux investisseurs privés a été à maintes fois annoncée, mais rien de concret n'a vu le jour. Pour plus d'un, il y a pourtant urgence.

Selon les observateurs et des voyageurs anonymes Air Algérie ne peut pas prendre en charge à elle seule la forte demande qui ne cesse de s’accroître au fil des années. Le renforcement annoncé de sa flotte avec l'acquisition de 15 nouveaux appareils risque de s'avérer insuffisant, d'autant que la compagnie nationale lorgne désormais de nouveaux horizons à l'échelle internationale, avec notamment l'ouverture de nouvelles lignes vers les pays africains.

Une nécessité absolue

La création de nouvelles compagnies devient ainsi une urgence absolue. Cette situation a été signalée, dimanche 16 octobre, par des parlementaires, dont le député de l'émigration Abdelouahab Yagoubi, au président- directeur général du pavillon algérien, Yacine Benslimane.

Les membres de l'Assemblée populaire nationale ont proposé en outre, à leur interlocuteur, la création d'une filiale low cost. Il s'agit en fait, pour ainsi dire, d'une sous compagnie qui appartiendra à Air Algérie qui sera sa compagnie-mère.

Plusieurs pavillons aériens ont procédé ainsi et ont lancé des compagnies low cost. C'est le cas à titre d'exemple d'Air France qui a lancé Transavia, laquelle demeure une filiale du géant aérien français.

Une autre compagnie permettra à Air Algérie de souffler un tant soit peu, mais aussi aux Algériens d'avoir du choix pour voyager avec de moindre tracs et à des prix raisonnables.

Retour en haut