Automobile en Algérie : le premier ministre s'exprime

Le premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, s'est exprimé samedi 15 octobre sur le dossier de l'automobile. Dans son intervention au Conseil de la nation, lors du débat autour de la Déclaration de politique générale du gouvernement, le chef de l'exécutif a évoqué le cahier des charges de l'importation des véhicules ainsi l'industrie automobile. 

Concernant le cahier des charges, le Premier ministre a indiqué que celui-ci est fin prêt. Aïmene Benabderrahmane a affirmé que le nouveau cahier des charges qui, il faut le dire, s'est bien fait désiré, sera en mesure de régler définitivement les problèmes soulevés auparavant, citant le phénomène de surfacturation qui avait causé d'énormes pertes de devises au trésor public et à l'économie algérienne.

Ce fameux cahier des charges devrait être soumis au prochain Conseil des ministres, selon les recommandations du Président de la République. Le Premier ministre a également indiqué que ce nouveau cadre réglementaire comprendra des mesures supplémentaires ayant pour objectif de protéger les consommateurs contre les pratiques illégales précédemment enregistrées. Des pratiques, explique t-il, qui ont eu pour effet de les priver de leurs droits en termes de délais de livraison, de droits de garantie et de services après-vente.

Ce qu'a dit le Premier ministre sur l'importation des véhicules et la construction automobile

Le chef du gouvernement a par ailleurs souligné lors du débat autour de la Déclaration de politique générale du gouvernement, que l'importation des véhicules de moins de 3 ans se fera exclusivement avec les propres moyens financiers du citoyen, comme cela a été indiqué dans le communiqué de la présidence de la République annonçant la reprise de cette activité.

Evoquant la construction automobile, Aïmene Benabderrahmane a affirmé que les négociations avancent bien avec les différents constructeurs automobiles de renommée mondiale pour venir s’installer en Algérie. Ces derniers, dont l'identité n'a pas été révélée, emboiteront ainsi le pas au groupe italien, Fiat, qui a signé jeudi dernier un contrat-cadre avec le ministère de l'Industrie pour lancer la production prochainement en Algérie.

Lire aussi - Importation des voitures de moins 3 ans en Algérie : ce qu’il faut savoir

 

 

Retour en haut