Meurtre impuni d'un Algérien en France : nouveau tournant décisif

Le meurtre impuni d’un jeune algérien en France connait de nouveaux rebondissements. Près de 21 ans après le drame, la famille de Mohamed Abdelhadi voient une petite lueur d’espoir. Le crime commis en 2001, est resté impuni malgré les aveux des auteurs.

L’affaire prend un nouveau tournant. L’Etat français a reconnu devant la Cour européenne des droits de l'homme la violation de sa convention. Ce rebondissement devrait permettre à la famille du jeune algérien de ressaisir la cour de cassation.

L’histoire semble incroyable. La famille de ce jeune homme algérien, tué en 2001 a poursuit l'Etat français devant la cour européenne. Le meurtrier présumé, qui a reconnu les faits et ses deux fils sont libres et n'ont jamais été condamnés. La raison :

Lorsque le corps de la victime a été découvert en 2016, le délai légal pour juger un meurtre était dépassé. Cependant, cette prescription aurait pu être repoussée grâce à la plainte déposée par la famille en 2008 pour "disparition inquiétante". Cependant, ce dossier de plainte a été « égaré ». Les auteurs du meurtre n'ont donc, pas été poursuivis.

Une première victoire

La famille de la victime a dû saisir la cour européenne des droits de l'homme. Le 6 octobre dernier, la France a reconnu devant la juridiction européenne sa violation de la convention. La famille de Mohamed pourra demander une commission de réexamen afin de saisir à nouveau la Cour de cassation.

Lors d’une conférence de presse organisée par la famille à l'issue de la décision, Rachida Abdelhadi, la sœur ainée de Mohamed appelle à ce "que justice lui soit rendu avec un procès. C'est une satisfaction, c'est le premier pas vers un procès. On ne peut pas laisser les meurtriers de notre frère sans jugement. Ils sont dangereux pour notre société et pourtant ils sont pleinement libres".

Lire aussi : La quête désespérée d’un Algérien pour retrouver son frère

Retour en haut