Marseille – Alger : Corsica Linea au cœur d’un véritable scandale

La compagnie maritime française est au cœur d’un véritable scandale humanitaire. Corsica Linea aurait transporté des sans-papiers algériens expulsés de France, dans des conditions  contraire à la dignité de la personne. Le site Street press a recueilli des témoignages glaçants de deux marins employés par la compagnie.

Selon la même source,  le ferry de Corsica Linea a servi depuis juin dernier, à transporter des ressortissants algériens expulsés de France. Mais l’opération ne se déroulait pas dans les meilleures conditions. Selon les témoignages de marins et de vidéos réalisées sur place, font état de conditions de traversée pouvant être contraires à la dignité de la personne.

D’après le témoignage d’un mécanicien de Corsica Linea, cela s’est passé lors de la traversée Marseille – Alger de 21 septembre à bord de Danielle Casanova.  Aux alentours de 9 heures et demi, le mécano entend « des mecs arriver, c’était bruyant. Là, je vois la police aux frontières (Paf) arriver avec des migrants, ça se bouscule… Ils sont trois, la trentaine, escortés, un flic devant, un flic derrière », indique Camille. Et d’affirmer, « Ils ont les poignets menottés, des casques de boxeur sur la tête [pour ne pas se blesser le crâne]. »

Des cabines surnommées "la prison"

Les cabines dans lesquelles ils étaient placés, sont en inox. Elles sont surnommées : « La prison » et surveillées par des caméras vidéo 24 heures sur 24. Ces cellules sont fermées à clef de l’extérieur, pas de hublot. La coursive devant la prison est verrouillée par deux portes à code.

Patrick Henriot, magistrat honoraire, secrétaire général du groupe d’information et de soutien des immigrés (Gisti) y pointe notamment que “le confinement forcé, pendant toute la durée du trajet, dans une cabine fermée qui n’est rien d’autre qu’une cellule, apparaît manifestement disproportionné.”

Contactée par Street press, Corsica Linea n’a pas répondu à ses sollicitations

Lire aussi : Corsica Línea : le Méditerranée au cœur d’une vive polémique

Retour en haut