Kabylie : une association accusée de propager le christianisme

Une association est accusée de propager le christianisme en Kabylie. Il s'agit de « Azday adelsan n weqqas » qui fait objet d'une plainte et risque tout bonnement la dissolution, indique-t-elle dans un communiqué publié cette semaine. Pour elle, les accusations sont infondées. Le procès est programmé pour ce mardi 11 octobre. 

« Au moment où notre association s’apprête à reprendre ses activités, une notification l’informant qu’elle fait l’objet d’une poursuite judiciaire à dessein de sa dissolution à cause d’une plainte non fondée pour une accusation farfelue et injustifiée », peut-on lire dans un communiqué relié par le site Radio M.

Selon la même source, la requête qui aurait été déposée contre elle, par un délégué de la sûreté de la wilaya de Bejaia sur ordre du wali, indique que « les membres se cachent derrière l’association pour la propagation du christianisme en distribuant des CD, des imprimés et dépliants dans les communes d’Aokas et Tizi N’berber ».

L'association rejette tout en bloc

Des accusations que l'association rejette catégoriquement. « Azday n’a jamais publié quoi que ce soit qui soit en contradiction avec les objectifs qui lui sont assignés et n’a jamais, depuis sa création, encouragé ou soutenu aucun travail en relation avec la religion de quelque tendance que ce soit », a soutenu « Azday adelsan n weqqas » qui a été crée en 1989 et dont le siège est située dans la wilaya de Béjaia.

Pour elle, « le dépôt de plainte contre Azday n’est pas justifié et l’accusation contre ses membres est loin d’être motivée car une simple enquête (aurait démontré) sa fausseté »

Les rédacteurs du communiqué affirment que « ces intimidations ne détacheront pas les membres d’Azday de leur amour  à la culture ». Plaidant que « les membres de l’association, fidèles à leur engagement au service de la culture sont innocents de cette accusation fictive montée de toutes pièces et qui ne repose sur aucune preuve ».

Lire aussi : L’église catholique d’Algérie contrainte de fermer la Caritas locale

 

 

 

Retour en haut