Importation de voitures de moins 3 ans : quand et comment ?

Le chef de l'Etat, Abdelmadjid Tebboune a donné dimanche 9 octobre, son feu vert pour la reprise de l'importation des véhicules de moins de 3 ans. Le communiqué de la présidence de la République qui annonçait la nouvelle ne fixe cependant pas la date de l'application effective de la décision et n'en précise pas les modalités. 

C'est un grand ouf de soulagement qu'ont dû certainement pousser les algériens après l'annonce faite dimanche par les autorités autorisant la reprise de l'importation des véhicules de moins de 3 ans. Les citoyens doivent cependant, patienter avant la mise en œuvre de cette décision puisque celle-ci n'a pas d'effet immédiat.

Le communiqué de la présidence s'est contenté d'annoncer les orientations du chef de l'Etat. C'est en fait, au ministère des finances d'arrêter la date de l'application de la mesure et d'arrêter les modalités y inhérents.

Pour les spécialistes, cela ne saurait tarder et devra intervenir dans les toutes prochaines semaines, probablement avant la fin de l'année en cours. D'ores et déjà, comme le précise le communiqué de la présidence de la République, les citoyens doivent savoir que l'importation se fera avec leurs propres fonds et à des fins personnelles et non commerciales.

Le véhicule peut revenir très cher

En outre, selon des sources proches du dossier, le particulier peut acheter une voiture à l'étranger en contactant directement le fournisseur qui procédera, après avoir rempli les formalité nécessaires, lui envoyer le véhicule en Algérie. Le citoyen pourra également procéder via une agence activant dans le domaine.

Dans les deux cas, le client devra s'acquitter de la taxe relative au droit de douane dont la valeur est estimée à 30% du prix de la voiture. Il doit également payer les 19 % de la TVA en plus des frais du transport et probablement ceux de l'agence dans le cas où il opte pour ses services pour acquérir son véhicule.

Il y a lieu de signaler également que le citoyen algérien doit acheter l'euro au marché noir, étant donné que le dinars n'est pas échangeable à la banque. C'est dire en somme, que la voiture importée risque quand même, de revenir très cher.

Retour en haut