Maroc : une célèbre youtubeuse arrêtée pour atteinte à la pudeur

Les internautes marocains s’étaient indignés du contenu diffusé par une youtubeuse sur la toile. Cette femme âgée de 41 ans vient d’être arrêtée par la police. Sa dernière vidéo a scandalisé l’opinion publique au Maroc. La youtubeuse qui touche généralement plus de 100 000 vues par vidéo a été placée en garde à vue vendredi dernier.

Fatiha « Routini El Yawmi » a été arrêtée et écrouée pour une vidéo comprenant des « séquences publiquement impudiques ». Selon la police, une enquête est en cours afin de déterminer les conséquences juridiques de cette affaire. La youtubeuse marocaine est poursuivie pour « outrage à la pudeur à travers des gestes et des comportements obscènes ».

Dans la vidéo qui dure une dizaine de minutes, Fatiha montre des scènes à la limite de l’obscénité dans ses sanitaires. Ces images largement visionnées et commentées, ont été également été critiquées par les internautes.

La youtubeuse n'est à son premier essai

Il faut dire que la youtubeuse n’est pas à son premier coup d’essai. En 2020, elle avait diffusé une vidéo dans laquelle elle apparait en train de prendre sa douche. La controversée Fatiha s’est filmée en train de prendre sa douche, en étant vêtue d’un t-shirt blanc. La séquence a fait le buzz et a provoqué l’indignation des internautes.

À la base, le concept « Routini Al Yawmi » propose un contenu présentant la routine quotidienne de la personne. En revanche, certaines influenceuses l’utilise pour avoir plus de vues en se vêtissent de tenues légères pour montrer leurs formes, au lieu de proposer un contenu pertinent et utile à la communauté qui les suivent sur les réseaux sociaux.

Au Maroc, les autorités étudient depuis plusieurs années la possibilité de taxer les blogueurs et les youtubeurs qui exercent des métiers jusqu’ici non régulés. En Algérie, ce n’est pas le cas. Les personnes qui exercent dans ces métiers du web sont soumis à l’inscription au registre de commerce sous le statut influenceur. Ils peuvent aussi choisir le statut auto-entrepreneur.

 

Retour en haut