Le youtubeur Anes Tina clashe les influenceurs algériens

Le youtubeur algérien Anes Tina revient avec une nouvelle vidéo satirique. Cette fois-ci, il a monté une vidéo dans laquelle il a jeté un regard critique voir moqueur envers les influenceurs algériens. Il a critiqué les allures « médiocres » de ces « créatures bizarres ».

C’est dans un style humoristique auquel le youtubeur nous a habitués, que la séquence est tournée avec des personnages dont Anes Tina, imitant les influenceurs cibles de critique. Anes a mis en avant « l’hypocrisie » de ces influenceurs qui « montrent une autre face que celle vécue dans la réalité ».

Selon le youtubeur, les influenceurs algériens cherchent un maximum de membre d’abonnés. Rien d’autre et peu importe la manière. Pour ce faire, tous les moyens sont bons. « Quand cela ne marche pas bien, les influenceurs se mettent à dévoiler la vie privé des couples », martèle Anes. Et d’ajouter « Ces gens n’hésitent pas à utiliser la vulgarité dans leurs vidéos. Rien que pour attirer l’attention du public ».

Anes Tina s’en prend également, aux influenceuses algériennes sur un ton moqueur.  « Comment veut-t-elle influencer les gens alors qu’elle n’arrive même pas à influencer ses chaussures !», a-t-il ironisé.

Pour récolter plus de vues et d’abonnements, « elles s’habillent d’une manière à exposer leurs corps, défiant ainsi les traditions ainsi que la religion de la société algérienne », dira le youtubeur algérien. Ce dernier constate néanmoins, que ces filles atteignent un grand nombre d’abonnés quand même en Algérie. Et d’ajouter « pour elles, il suffit d’une petite danse sur Tik tok pour que les abonnés tombent en milliers ».

Les influencés dans le viseur

Les influencés ou les abonnés des influenceurs  n’ont pas échappé, eux aussi, à la critique et la moquerie du jeune youtubeur.

« Des hommes adultes passent leur temps à guetter l’actualité de leurs influenceuses ou influenceurs préférés », indique Anes, qui ajoute dans sa vidéo que « ces influencés doivent avoir hante. Au lieux d’être influencé par la bonne éducation de leurs parents, ils s’amusent à suivre le feuilleton d’une petite fille ».

« Les pseudos chaines de télévision » ont tout aussi leur part de responsabilité selon Anes Tina. « C’est elles qui font, d’une manière ou d’une autre, la promotion à cette médiocrité en Algérie ».

 

Retour en haut