Corsica Linea : un passager dénonce « les contrôles abusifs »

Une traversée Alger-Marseille de Corsica Linea a fait un énorme retard. Le départ depuis Alger était programmé le 17 septembre à 11h. Mais le bateau n’avait pas encore levé l’encre à 17h. En cause ? La lenteur des procédures de contrôle des passagers par les douaniers, a affirmé un passager. 

Les retards d’embarquement sont devenus récurrents chez Corsica Linea. Cette fois, il s’agit d’une traversée à bord du navire Mediterranée dont le retard causé « l’angoisse », voire la « colère des clients », selon le témoignage d’un ressortissant algérien ayant joint la rédaction d’Algérie Expat.

« C’est une anarchie totale. J’étais à bord depuis 11h du matin, l’heure où on devait démarrer. Mais, malheureusement, le bateau n’avait pas encore levé l’encre à 17h heures passées », a-t-il précisé.

Et d’ajouter : « On ne dirait pas qu’on s’apprêtait à voyager : tout le monde avait perdu son sourire et les enfants pleuraient. Un vieux qui était au port depuis 4h du matin n’arrivait plus à se tenir debout. Pourtant nous sommes des clients. Nous avons payé nos billets pour enfin se retrouver face à une situation pareille », déplore-t-il.

Le passager a également décrit l’état du navire qui est, selon lui, loin d’être confortable. « Même pour se reposer pendant le temps d’attendre, le bateau ne répond ni aux normes de propreté ni aux normes du confort. Les chambres sont mal nettoyées et la poussière est partout. Quelle drôle de situation, même les sanitaires sont bouchés », regrette-t-il.

Des contrôles abusifs par les douaniers

Ce ressortissant algérien a également pointé du doigt les douaniers du port d’Alger. Selon lui, « les contrôles abusifs et lents » que mènent les agents sont la cause de ce retard.

« Franchement, je suis déçu par les agents du port, les douaniers en particulier. Ils m’ont fait courir pour un simple laissez-passer pour mon véhicule. Ils ne font pas leur travail convenablement et chacun renvoi la balle à son collègue ! », a-t-il insisté.

Ce passager explique qu’il est allé se renseigner à l’accueil sur les raisons de ce retard. « On m’a informé qu'il n’y avait pas de problème », dit-il avant d’ajouter que « les compagnies maritimes doivent collaborer avec les douaniers pour honorer les heures de départ prévues ».

Lire aussi - Algérie Ferries : une traversée Oran-Marseille vire au cauchemar

 

Retour en haut