Algérie : la taxe carburant au port suscite la polémique

Un député de l'émigration monte au créneau pour dénoncer la taxe carburant imposée à des passagers au niveau particulièrement du port de Béjaïa. Dans un courrier adressé jeudi 15 septembre au ministre des Finances, le parlementaire Tawfik Kheddim estime que cette taxe n'est pas réglementaire. 

Il y a quelques jours, des ressortissants algériens entrant en France, leur pays de résidence, se sont insurgés contre la dite taxe. Une taxe dont on entendait pas parler souvent auparavant. Certains ne connaissent son existence qu'à travers les publications de ces émigrés.

Ces derniers ont affirmé dans leurs poste qu'ils sont appelés à payer 500 dinars pour le plein de carburant fait à leur véhicules. Il est vrai que cette année, et contrairement peut-être aux saisons précédentes, beaucoup de ressortissants algériens avaient pris le soin de remplir les réservoirs de leurs voitures en Algérie avant d'embarquer vers la France.

Cela à cause du prix du carburant qui a atteint des pics vertigineux dans ce pays depuis quelques mois à cause de la crise énergétique qui plane sur le continent européen suite au conflit en Ukraine.

"Quel est le cadre juridique de cette taxe ? "

C'est pour cette raison peut-être que cette taxe a fait parler d'elle cette fois. Quoi qu'il en soit, des émigrés particulièrement ceux qui voyagent à partir du port de Béjaïa soutiennent qu'ils étaient soumis à payer 500 DA, pour un plein de carburant.

Cette pratique est anti réglementaire, a indiqué le député de l'émigration Tawfik Kheddim qui a d'ailleurs saisi sur le sujet le ministre des Finances. Il lui a ainsi adressé une correspondance jeudi dernier à travers laquelle, il a dénoncé ce procédé "propre au port de Béjaïa", a t-il fait remarquer.

" L'article 81 de la loi de finance 2020 parle de taxe concernant les voitures et les camions au niveau des frontières terrestres, mais pas les ports" souligne le parlementaire, Tawfik Kheddim. " Quel est le cadre juridique de cette taxe ? ", se demande t-il.

Retour en haut