Canada : un jeune algérien se suicide en prison

Un Algérien originaire d’Oran est décédé à l’Établissement de détention de Rimouski, au Canada. Ce jeune homme, accusé du meurtre de son ex-conjointe, se serait donné volontairement la mort dans sa cellule. Les services consulaires ont entrepris toutes les démarches nécessaires au rapatriement du corps du défunt en Algérie, a-t-on appris.

Noureddine Mimouni serait mort vendredi le 2 septembre, à l’âgé de 34 ans, à l’Établissement de détention de Rimouski. Le ministère de la Sécurité publique avait d’ailleurs indiqué qu’un détenu était décédé dans ladite prison, mais n’avait pas pour autant révélé son identité.

Selon des proches de Nathalie Piché, son ex-conjointe qu’il aurait assassinée, le jeune homme se serait donné la mort volontairement. « Noureddine Mimouni [s’est pendu] dans sa cellule il y a quelques jours. [...] Nous allons pouvoir enfin fermer ce chapitre [...] Nous ne vivrons pas ce que c’est le calvaire d’un procès, [...] mais nous allons pouvoir mettre notre énergie à nous reconstruire », a écrit sur Facebook la fille de Mme Piché.

« Meurtre au premier degré »

Le corps de Nathalie Piché a été retrouvé le 15 juin 2021, dans son domicile conjugal situé au quartier Limoilou, à Québec. Noureddine Mimouni s’était ensuite livré de son gré aux autorités.

En décembre 2020, la victime de 55 ans avait déjà porté plainte contre son conjoint pour violence conjugale. L’homme l’aurait menacé et séquestré. Elle a cependant retiré sa plainte quelques semaines plus tard.

L’audience du jeune homme est encore prévue, mercredi prochain, au palais de justice de Québec. Il est accusé de « meurtre au premier degré ». Questionné par Radio-Canada, Me Charles-Olivier Gosselin, l’avocat du présumé meurtrier, n’a pas donné plus de précisions sur les suites données au dossier. « Je ne peux rien dire à ce stade-ci. On devrait en savoir plus lors de la prochaine rencontre en Cour », a-t-il indiqué.

Retour en haut