La galère des passagers au port d'Alger

Les passagers qui empruntent les ferrys des différentes compagnie maritimes desservant Marseille, au départ d'Alger, vivent le calvaire à cause des longues attentes avant l'embarquement. En cause ? Les opérations de contrôle de la douane et de la police qui peuvent durer plusieurs heures.

Les ressortissants algériens établis en France, notamment ceux ayant fait leur voyage cet été avec la compagnie maritime Algérie Ferries, s'en souviendront certainement pour longtemps. Peut-être pas tous, mais certains d'entre eux ont vraiment galéré. Ils ont en effet effectué à un véritable parcours de combattant.

Ils ont ainsi trouvé de moult problèmes pour réserver leur place. De nombreux émigrés ont dû passer des nuits entières devants les agences de la compagnie, pour acheter leurs billets. Après cet épisode, ils ont du faire face aux interminables attentes au port de Marseille. En plus des retards, certaines traversées ont été carrément reportées. Au niveau de certains navires, l'état des lieux ne prête pas au repos.

« Délais d’attente catastrophiques »

Cette situation n'en fini toujours pas en dépit des interminables appels des ressortissants algériens. Ces derniers temps, le problème se pose surtout au niveau des ports algériens où les voyageurs sont soumis à des interminables attentes avant l'embarquement. « Départ du 4 septembre. Délais d’attente catastrophiques malgré le fait que le bateau soit déjà à quai », a écrit un voyageur dans un post sur les réseaux sociaux.

Celui-ci était en partance vers Marseille au départ du port d'Alger. Le passager a pris le soin d'accompagner son témoignage avec une vidéo dans laquelle on pouvait voir la longue chaîne de voiture qui attendaient leur embarquement.

Ces longues attentes sont causées, en fait, par les opérations de contrôle de la police et surtout de la douane. Depuis, la mise en application du nouveau dispositif portant l'interdiction de transporter les produits subventionnés par l'Etat, les agents douaniers se donnent beaucoup de temps pour vérifier les bagages qu'ils passent au peigne fin.

Les passagers ne peuvent qu’être exaspérés par cet état de fait. Ils sont d'ailleurs nombreux à se manifester pour crier leur colère sur les réseaux sociaux.

Lire aussi - Vacances en Algérie : le retour difficile des immigrés

Retour en haut