Transport maritime : le marché algérien en pleine expansion

Le marché algérien de transport maritime de marchandises est en plein expansion. C'est ce qu'a indiqué l'expert et directeur de la société Navimed, Rafik Belhadj Amara, dans un entretien accordé, le 2 septembre dernier, au média Gomet.

« C’est un pays qui a d’énormes besoins mais il faut être patient  », a souligné cet expert d'origine algérienne qui a pris les destinées de la société Navimed en 2022. Il y a lieu de signaler que cette entreprise a été crée en 2018 pour représenter en France l’armateur algérien Cnan Med.

Rafik Belhadj Amara a ainsi souligné que sa société dessert Skikda, Bejaia, Alger et Oran.  « Nous ne sommes pas seuls ! Visiblement il y a vraiment un intérêt puisque nous sommes plusieurs compétiteurs sur la ligne. Les flux sont importants, l’Algérie importe un million de conteneurs par an. Nous avons une flotte récente et des départs réguliers. Nous desservons Oran qui a du potentiel », a-t-il souligné. Pour lui la ville d'Oran « c'est la capitale économique de demain ».

L'Algérie « c'est un pays qui a d'énormes besoins »

Le même expert a affirmé que l'Algérie « c’est un pays qui a d’énormes besoins mais il faut être patient ». Il a fait savoir que « pour la 19e édition des Jeux méditerranéens, organisés à Oran en Algérie du 25 juin au 5 juillet 2022, nous étions sollicités pour des expéditions dans l’urgence. Nous avons acheminé des chevaux, des obstacles, des vitrages blindés ou des hélicos et des drones. C’était énorme. On a fait de belles opérations ».

Le directeur de Navimed a tenu en outre à apporter cette précision. « Il y a deux “Cnan” ! La Compagnie nationale algérienne de navigation, la CNAN, est publique, elle a connu quelques difficultés, et Cnan Med dont Navimed est l’agent, qui a été créée en 2018 est détenue à 49% par un acteur européen : le Groupe Dario Perioli, entreprise fondée en 1908 en Italie ».

« C’est en quelque sorte, explique t-il encore, une société mixte : d’un côté, à 51 % c’est le public, une société de droit algérien avec pavillon et bateaux algériens. De l’autre côté c’est le groupe italien qui assure le management ».

Lire aussi - Affaire des cargos algériens bloqués en Europe : la CNAN s’explique

Retour en haut