Produits interdits à transporter par les passagers : la diaspora en colère

L'interdiction de transporter certains produits alimentaires, vers leurs pays de résidence, a soulevé le courroux des ressortissants algériens qui ne cessent de se manifester sur les réseaux sociaux. Ces derniers ont même saisi les députés de l'émigration pour exprimer leur mécontentement.

Si dans le passé les ressortissants algériens se permettaient de transporter autant de produits alimentaires qu'ils voulaient, à leur retour de vacances vers leur pays d'accueil, ce n'est plus le cas cette année. Le gouvernement a en effet décidé de leur interdire d'emporter avec eux des denrées subventionnés par l'Etat, à l'image de l’huile de table, du couscous, de la semoule...

Ces aliments sont désormais soumis aux règles commerciales, et ont été introduits dans la liste - de la direction générale de la douane algérienne - des produits interdits à transporter à l'étranger, y compris pour les particuliers.

Saisie de tout produit subventionné par l'Etat

Cette mesure a été appliquée à partir de cet été. Plusieurs ressortissants algériens se sont en effet exprimés, sur les réseaux sociaux, pour exprimer leur étonnement et leur colère, après avoir été saisis de certaines marchandises qu'ils transportaient avec eux au niveau des aéroports ou des ports algériens. « Ils saisissent tout ce qui est huile, couscous, semoule et tous ce qui est produit alimentaire dont le coût est subventionné par l’Etat », a souligné ce passager.

Des voyageurs ont par ailleurs saisi les députés de l'émigration pour faire part de leurs doléances, comme l'a souligné l'un d'eux au journal arabophone Echorouk. Taoufik Kheddim a indiqué à ce média qu'il a reçu plusieurs réclamations de la part des membres de la diaspora  algérienne. Le parlementaire a conseillé, cependant à ses derniers, de cesser de transporter à l’étranger tout produit subventionné par l'Etat à l'étranger. « Cela est interdit », a-t-il tenu à rappeler.

Le même député a affirmé, en outre, qu'une grande partie des émigrés n'étaient pas au courant de cette nouvelle disposition d'où leur colère. Taoufik Kheddim a par ailleurs dénoncé un « certain excès de zèle » chez certains douaniers qui ont tendance à saisir toute sorte produits et même les petites quantités.

Lire aussi - Algérie Ferries : voici les produits interdits à transporter par le passager

Retour en haut