Visa Canada : ce que risquent les fraudeurs

Les demandeurs de visa pour le Canada qui font de fausses déclarations ou qui fournissent de faux documents risquent gros. Ils seront déclarés coupables de fraude, ce qui est considéré comme un délit puni vigoureusement par la loi, a indiqué le gouvernement canadien sur son site. 

« C’est un crime grave de mentir, de donner de faux renseignements ou de soumettre de faux documents dans vos démarches auprès d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC). C’est de la fraude, car il s’agit de fausses déclarations », a en effet souligné le gouvernement du Canada.

Et de préciser que « la fraude relative aux documents concerne à la fois les faux documents et ceux qui sont modifiés, comme: les passeports et les titres de voyage, les visas; les diplômes, titres d’apprenti et certificats de compétence; les certificats de naissance, de mariage, de divorce, d’annulation, de séparation ou de décès, les certificats de police ».

Le gouvernement met ainsi en garde : « Si vous mentez dans une demande ou au cours d’une entrevue avec un agent d’IRCC, vous commettez aussi un acte de fraude. C’est un crime ».

Qu'est ce que risquent les fraudeurs ?

Le demandeur de visa au Canada déclaré coupable de fraude sera sévèrement puni. En plus du refus de la demande, le postulant pourra faire objet d'autres décisions. Celui-ci risque ainsi de d'être interdit d’entrer au Canada pendant au moins 5 ans, de se faire retirer le statut de résident permanent ou de citoyen canadien et d'être renvoyer du Canada. Il pourrait également être poursuivi pour crime et de se voir en outre attribué d'un dossier permanent de fraude.

Pour mieux gérer le dossier de demande de visa, les autorités canadiennes comptent instaurer un système informatique pour le traitement des dossiers. « Nous collaborons avec l’ASFC et la GRC pour instaurer graduellement la biométrie. Cela nous permettra d’utiliser certaines données, comme les empreintes digitales, pour confirmer l’identité d’une personne », peut-on lire en effet sur le site du gouvernement canadien.

Lire aussi - Entrée Express au Canada : comment faire ?

 

 

 

Retour en haut