Rien ne va plus à l'École internationale algérienne de Paris

Rien ne va plus au niveau de l'école internationale algérienne de Paris. C'est ce qu'a relevé le député de l'émigration, Abdelouhab Yagoubi qui s'est rendu sur les lieux, le lendemain de la rentrée scolaire en France, a t-il indiqué dans une publication publiée, vendredi 2 septembre, sur sa page Facebook.

« Après la rentrée scolaire de la plupart de nos enfants en France, hier dans leurs écoles publiques ou privées, j'ai effectué aujourd’hui une visite à l'Ecole internationale algérienne à Paris, mais j’étais surpris de la non reprise de ses activités », a écrit le députe.

Ce dernier a rencontré cependant « plusieurs professeurs des trois cycles (primaire, collège et lycée) qui ont partagé avec moi leurs diverses préoccupations ». Celles-ci consistent en « la gestion administrative, l’encadrement pédagogique et le statut juridique des contrats de travail précaires des professeurs ».

Le député promet qu'il ne va pas se taire devant cette situation « désastreuse »

Les interlocuteurs du parlementaire ont fait, par ailleurs, état d'une situation « désastreuse » au niveau de l'école. « Une rentrée chaotique, absence flagrante d’anticipation et d’encadrement, indisponibilité des emplois du temps au 3ème jour après la rentrée,  abus et des dépassements fréquents de certains responsables, recrudescence des intimidations et des brimades envers le corps enseignant, conditions de travail de plus en plus difficiles, pressions et le chantage », sont autant de griefs signalés et retenues par le député.

Abdelouahab Yagoubi affirme qu'il ne va pas sa taire devant cet état de fait : « Nous suivrons de près ces préoccupations et nous serons une force de proposition afin de donner la meilleure image qui honore à l'étranger nos établissements éducatifs ».

Il soutient que « vingt ans après le lancement de (EIAF), le moment est venu pour faire le bilan objectif de l’efficience de cette institution, comme le dossier de l'enseignement de la langue arabe (ELCO) qui nécessitent une attention particulière, un suivi permanent, une amélioration continue et un développement géographique pour couvrir une demande pressente de notre communauté ».

Lire aussi - École internationale algérienne en France : « harcèlement et dénigrement »

 

Retour en haut