Immigration clandestine : un drame endeuille l'Algérie

Encore un drame liée à l'émigration clandestine en Algérie. 15 harraga dont deux femmes et sept mineurs ont péri en mer, en tentant de rejoindre l'autre rive de la méditerranée. Les corps sans vie ont été retrouvés, cette semaine, sur les côtes espagnoles.

Ils étaient en fait 16 personnes à embarquer, la semaine dernière, à partir des côtes de Chlef, à l'ouest de l'Algérie. Un seul d'entre eux a survécu après le renversement de leur embarcation. Le survivant est actuellement pris en charge par le service sanitaire espagnole, a indiqué le Centre international pour l’identification de migrants disparus, basé à Malaga.

La même source a souligné que l'opération d'identification des 15 victimes a été entamée. En Algérie, des images non vérifiées des défunts circulent déjà sur les réseaux sociaux.

Énième drame en mer

Il s'agit d'un énième drame causé par ce phénomène qui ne cesse de prendre de l'ampleur en Algérie. Le mois de mai dernier, 11 jeunes et moins jeunes originaires de Fouka, dans la wilaya de Tipaza, ont connu le même sort suite à une traversée clandestine.

A vrai dire, chaque semaine, voire chaque jour, on fait état de décès et de disparation en mer des candidats à l'immigration clandestines. Selon le journal El Watan, 101 harraga algériens sont portés disparus, depuis le début de l'année en cours, après avoir emprunté des traversées clandestines.

Des dizaines d'embarcation prennent en effet le large à partir des différentes côtes du pays, avec à bord des dizaines de citoyens tentant de rejoindre « l'eldorado » européen.

Rien que cette semaine, on fait état de plusieurs départs. 12 embarcations en état de détresse, avec 180 Algériens à bord, ont été signalées par les gardes côtes espagnols mardi dernier. Deux bateaux, parties d’Alger avec 26 personnes et d’Oran 9 personnes, sont sont toujours parties disparues en mer, indiquent également la même source.

Lire aussi - Immigration clandestine : un bateau d’Algérie Ferries croise des harraga en mer

Retour en haut