Mobilité Algérie - France : Macron évoque la question des visas

Comme il fallait bien s'y attendre, la question des visas a été évoquée entre le président Abdelmadjid Tebboune et son homologue français, Emmanuel Macron, lors des discussions entre les deux parties, à l'occasion de la visite effectuée par ce dernier en Algérie.

Le chef de l'Etat français s'est rendu en Algérie, jeudi 25 août, pour une visite qui se poursuivra jusqu'à demain samedi. Emmanuel Macron a été reçu par le président Abdelmadjid Tebboune à son arrivée à l'aéroport international d'Alger. Il s'est ensuite dirigé au sanctuaire du Martyr où il a déposé une gerbe de fleur à la mémoire des chouhadas.

Macron a été, par ailleurs reçu par le chef de l'Etat algérien avant que les pourparlers ne soient élargis aux délégations des deux pays. Plusieurs sujets ont été évoqués à l'occasion dont celui relatif aux visas. Un sujet qui fâche et qui a été à l'origine d'une embrouille entre les deux pays, la fin de l'année dernière, lorsque la France avait décidé de réduire le nombre de visas accordé pour les algériens. Une décision prise pour inciter le gouvernement algérien à délivrer plus de laissez-passer consulaires à ses ressortissants « indésirables » en France.

« Sur la question des mobilités et de la circulation, nous avons pris des décisions »

Cette visite de visite du président français était ainsi une opportunité inouïe pour se dire les choses en face. Lors du point de presse conjoint animé par son homologue algérien, à la fin de leur discussion, Emmanuel Macron a affirmé que la question a été évoquée. Il a en outre parlé de mobilité choisie entre les deux pays.

« Sur la question des mobilités et de la circulation, nous avons pris des décisions. Nous allons ensemble travailler pour traiter les sujets de sécurité, mais qui ne doivent pas empêcher de développer une mobilité choisie pour nos artistes, nos sportifs, nos universitaires, nos entrepreneurs, nos responsables politiques, nos associatifs, pour permettre de bâtir davantage de projets communs », a expliqué l'hôte d'Alger.

Emmanuel Macron évoque « pacte nouveau » pour la jeunesse

Le locataire de l'Elysée a souligné que sur cette question « nous avons dessiné des lignes claires ». Emmanuel Macron a parlé, en outre, d'un projet de « pacte nouveau » pour la jeunesse des deux pays. « C’est ce pacte nouveau pour nos jeunesses que j’essayerai de développer à vos côtés, sur des questions d’économie, d’innovation et de sports », a t-il expliqué.

Décidément donc, la mesure relative à la réduction du nombre de visa n'a pas été levée concrètement, comme l'attendait un bon nombre d'Algériens. La France ne cède toujours pas devant la pression qui monte réclamant la suspension de cette décision.

 

Retour en haut