Air Algérie : les nouvelles lignes sont-elles rentables ?

Après près de deux ans d'arrêt à cause de la crise sanitaire, la compagnie aérienne Air Algérie continue son redéploiement sur le plan international. En plus de son réseau habituel, le pavillon algérien a ouvert de nouvelles destinations notamment en Afrique. Des destinations qui ne semblent pourtant pas rentables sur le plan économique. 

Air Algérie a repris ses liaisons internationales, le 1er juin 2021, dans le cadre de l'ouverture partielle des frontières. Depuis, elle voit son programme de vols se renforcer graduellement.

Actuellement Air Algérie opère sur plusieurs dizaines de routes. En plus de ses destinations traditionnelles dont notamment la France, la Turquie, ou encore Montréal ou la Tunisie qui ont toujours constitué les destinations privilégiés des Algériens, la compagnie nationale a également ouvert de nouvelles lignes aériennes.

Air Algérie a ainsi renoué avec l'Afrique en lançant des dessertes de et vers plusieurs pays africains dont le Sénégal, la Mauritanie, le Niger entre autres. La compagnie aérienne algérienne a  aussi ouvert des liaisons vers Dubaï.

Il faut dire que la décision portant l'ouverture de ces nouvelles routes a surpris plus d'un. Des experts et de simples citoyens s'interrogent sur l'utilité de ces lignes qui, selon eux, ne sont pas rentables sur le plan économique pour l'entreprise.

Les explications du PDG d'Air Algérie

Peu d'Algériens se trouvent en effet dans ces pays africains et les avions de la compagnie risquent de faire des navettes à vide. Chose qui ne peut d'ailleurs pas échapper aux autorités concernées et aux responsables d'Air Algérie. Pour ces derniers, il s'agit en fait d'une nouvelle stratégie adoptée pour permettre à la compagnie d'aller de l'avant.

« Il faut préciser qu’il entre dans le cadre de la stratégie de développement du transport aérien en Algérie et particulièrement de la mise en place du hub d’Alger. Aujourd’hui, la compagnie Air Algérie change de stratégie. Elle opérait dans le passé selon une logique de transport de passagers dans le cadre du point à point, c’est-à-dire d’une ville vers une autre, mais nous allons basculer graduellement vers un trafic de transit, ou on va aller chercher du trafic passagers partout dans le monde pour d’autres destinations en Afrique, vers l’Europe, l’Asie ou le Moyen- Orient», a expliqué en effet au journal El Watan, le PDG d’Air Algérie, Yacine Benslimane.

Lire aussi : Alger – Montréal : les prix chutent chez Air Algérie, Air Canada et Air France

Retour en haut