Accusé de bureaucratie, le consulat d'Algérie à Montréal réagit

Le consulat d'Algérie à Montréal a réagi aux accusations de bureaucratie portées contre des agents de l'institution, par un ressortissant algérien établi au Canada. Dans une vidéo partagée la semaine dernière sur les réseaux sociaux, un jeune homme a en effet tiré à boulets rouges sur certains fonctionnaires avec lesquels il a eu à faire. 

Ce jeune algérien a en effet affirmé qu'il a eu droit à un accueil et un traitement indigne lorsqu'il s'est présenté au niveau du consulat d'Algérie à Montréal pour se faire établir un acte de naissance en arabe.

La représentation diplomatique algérienne n'a pas tardé à réagir à ces accusations. Dans un communiqué publié samedi 13 août sur son site, le consulat a tenu à apporter certaines précisions et quelques explications.

« Aucun employé du Consulat général n'avait l'intention de se moquer ou de maltraiter la personne concernée ou tout autre citoyen », a écrit le consulat dans son document. Et d'ajouter : « Nos services consulaires reçoivent quotidiennement entre 200 et 300 citoyens et citoyennes pour diverses transactions consulaires sans aucun problème ni aucun obstacle, et tous les services sont fournis dans le cadre du respect mutuel et des lois et règlements applicables, malgré la pression notable sur nos intérêts, en particulier pendant la période des vacances d'été ».

Le consulat d'Algérie à Montréal demeure au service des Algériens du Canada

La représentation diplomatique algérienne a fait savoir que les membres de la communauté algérienne établis au Canada qui se sentent lésés « ont le droit de faire part de leurs préoccupations au chef de service ou au consul général pour trouver des solutions appropriées dans le cadre de ce que la loi le permet ».

Soulignant que « le consulat général confirme qu'il demeure au service de la communauté nationale résidant au Canada et cherche toujours à améliorer ses services tout en corrigeant toute lacune pouvant apparaître sur ces services », soutient encore la représentation diplomatique dans son communiqué.

 

Retour en haut