Vacances en Tunisie : les Algériens ne se bousculent pas au portillon

Contrairement aux années d'avant la crise sanitaire, les Algériens ne se ruent pas vers la Tunisie cet été. Pourtant l'ouverture des frontières terrestres, entre les deux pays, a suscité un grand engouement chez les Algériens. Les professionnels du secteur du tourisme tunisien s'attendaient d'ailleurs à de grandes affluences. 

L'Algérie a ouvert ses frontières terrestres avec la Tunisie, le 15 juin dernier, après plus deux années de fermeture à cause de la crise sanitaire. Cette réouverture a été vivement applaudie par Tunisiens et surtout par les Algériens.

La Tunisie constitue une des destinations privilégiée pour bon nombre d'Algériens qui s'y rendent à l'occasion des vacances. En 2019, près de 3 millions de touristes algériens ont séjourné sur le territoire tunisien. D'aucun s'attendait donc à ce que la Tunisie renoue avec des arrivées massives des touristes algériens.

61 000 algériens seulement en séjourné en Tunisie cet été

Finalement, ces derniers ne se sont pas bousculés au portion. Au grand dam des intervenants touristiques tunisiens, qui misaient sur des grandes affluences pour renflouer leurs trésoreries. D’après Fouad El-Oued, représentant de l’Office national du tourisme tunisien à Alger, 61 000 algériens seulement se sont rendus en Tunisie depuis le mois de juin jusqu'au début août.

Un chiffre qui reste insignifiant par rapport aux à ceux enregistrés durant les années d'avant pandémie et surtout par rapport aux pronostics. Qu'est ce qui a donc poussé les Algériens à boycotter pour ainsi dire la destination préférée ?

Les raisons du boycott

Plusieurs paramètres ont été évoqués, par les spécialistes, pour expliquer cette situation. « Ce nombre timide est dû au retard enregistré dans l’ouverture des frontières », a expliqué un membre de l’Office national du tourisme tunisien (ONTT).

Ce n'est cependant pas tout. Beaucoup d'Algériens ont été dissuadés par la cherté du voyage vers la Tunisie dont le prix a atteint le pic de 50 000 DA. Cela s'ajoute au test PCR que les touristes algériens devaient effectuer aux frontières contre une somme estimé à 15 000 Da. Ce dispositif a été levé dernièrement. Du coté de la Tunisie on espère que cela contribuera à changer la donne durant les quelques jours qui restent de la saison estivale.

Lire aussi - Tunisie : une mesure en faveur des Algériens suscite la polémique

 

Retour en haut