Une publicité destinée aux étudiants algériens suscite la polémique au Canada

Une publicité destinée aux étudiants algériens suscite la polémique au Canada. En effet, l'École des hautes études commerciales, HEC Montréal, a publié une affiche incitant les étudiants algériens à s’inscrire au sein de cet établissement. L’affiche qui montre une femme voilée est vivement critiquée par l’ex-politicien Jean-François Lisée.

Une vive polémique s’en est suivie. Les avis de la classe politique au Canada divergent. Pour Jean-François Lisée, la publicité présente un « signe religieux misogyne ». L’ancien chef du Parti québécois s’est attaqué violement à la HEC Montréal.

« HEC Montréal a choisi un signe religieux misogyne (signifiant modestie et soumission de la femme) pour recruter des étudiantes d’Algérie, dénonce-t-il. Avis aux jeunes Algériennes qui tentent de résister à la pression des imams et des intégristes : HEC Montréal n’est pas votre allié », a-t-il écrit sur Tweeter.

Une publicité destinée aux étudiants algériens

La publicité en question fait la promotion d’un programme international qui permet d’obtenir un baccalauréat à Alger et de le conclure à Montréal. Ce programme permet aux étudiants algériens d'avoir deux diplômes à la fin de la formation. Un court texte surmonte la photo d’une jeune femme souriante qui arbore un hidjab.

Pour la présidente du Rassemblement pour la laïcité, Nadia El-Mabrouk, « ce n’est pas neutre de faire ça. Ça vient avec une vision de la diversité et de la représentativité des signes religieux ». Elle affirme que le fait de montrer le voile, dans la pub, est « un point de vue favorable à l’islam intégriste, c’est mettre de l’avant des pratiques intégristes ».

Le tweet de Jean-François Lisée critiqué

De son coté, l’avocate et autrice Dania Suleman a expliqué que « certaines femmes portent le hidjab par choix, et ça leur permet de se sentir beaucoup plus libres ». Elle estime que la position de M. Lisée est « désolante » et « continue à aliéner les femmes qui portent le voile ».

Le député néo démocrate, Alexandre Boulerice s’est quant à lui montré très critique envers le tweet de Jean-François Lisée. « Donc science et islam seraient incompatibles ? Alors que science et pas de signe religieux apparent de christianisme serait correct ?  », s’est-il interrogé.

Le HEC Montréal réagit

Suite à cette polémique, le HEC Montréal a fini par réagir. La conseillère principale en relation avec les médias, Émilie Novales, révèle que la femme dans la publicité est une « étudiante au parcours international » et que l’établissement accueille « un nombre croissant d’étudiants internationaux » chaque année.

« Nous tenons à ce que tous les membres de notre communauté étudiante puissent être mis en valeur sur nos plateformes, reflétant toute notre diversité », explique-t-elle.

Lire aussi : Bourses d’études en Grande Bretagne pour les diplômés algériens

 

Retour en haut