Algérie : Issad Rebrab est-il interdit de voyager ?

L'homme d'affaire algérien et Président directeur général du groupe cevital, Issad Rebrab, est-il interdit de quitter le territoire national ? Selon Maghreb Émergent, la réponse est affirmative. On evoque pour preuve le fait que le richissime patron n'a pas voyagé depuis sa sortie de prison en janvier 2021

Pour la même source, c'est surtout la levée de la restriction relative à la fermeture des frontières qui a levé le voile sur cette situation. Issad Rebrab n'est d'ailleurs pas le seul homme d'affaire algérien à faire objet d'une interdictions de sortie du territoire national (ISTN).

Si le non- déplacement à l'étranger de ces derniers était tout a fait justifiée en 2020 et 2021, ce n'est plus le cas maintenant, puisque les frontières sont ouvertes et les liaisons aériennes et maritimes ont repris de plus belle de et vers plusieurs pays. Issad Rebrab et les autres hommes d'affaire algériens pouvaient donc voyager à leur guise.

Ce n'est ce pendant pas le cas pour eux. Certains de ces patrons ont d'ailleurs raté  plusieurs rendez-vous importants de leurs activités respectives. Le site Maghreb Emergent qui a rapporté l'information vendredi 6 mai, cite le mondial de la téléphonie mobile à Barcelone et la foire de Dakar. Deux rencontres qui se sont déroulées sans les patrons algériens.

Issad Rebrab n'a pas encore recouvert toute sa liberté

Pour rappel, Issad Rebrab a été placé en détention provisoire le 22 avril 2020. Le patron du groupe Cevital a quitté la prison d’El Harrach le 1er janvier 2021. Le Tribunal de Sidi M’hamed où il a comparu la veille, soit le 31 décembre l’a condamné à une peine de 18 mois de prison, dont six mois fermes et une année avec sursis. La peine a été assortie d'une forte amende estimée à 1,3 milliards de dinars.

L'homme d'affaire a été reconnu alors coupable pour infraction à la réglementation des changes et des mouvements des capitaux de et vers l’étranger, surfacturation lors d’une opération d’importation et faux et usage de faux.

Selon donc toute vraisemblance Issad Rebrab n'a pas encore recouvert toute sa liberté et ce, un peu plus d'un an après sa sortie de prison

 

Retour en haut