Roissy : Air Algérie au cœur d'un énorme scandale de trafic

La compagnie aérienne, Air Algérie est à nouveau au cœur d'un nouveau scandale. Trois de ses employés sont cités dans une affaire de trafic de médicaments acheminés depuis la France à destination de l'Algérie.

Il s'agit de trois bagagistes de la compagnie au niveau de l'aéroport Roissy Charles De Gaulles de Paris. Ils ont été mis en garde à vue dernièrement, en France, en compagnies de deux autres suspects.

Selon le journal le Parisien qui a rapporté l'information, samedi 16 avril, une enquête a été enclenchée suite à des information ayant parvenues aux services de sécurité français. Les informations font état de l'existence d'un réseau de trafic de médicaments qui sont acheminés de France vers l'Algérie à bord des avions d'Air Algérie.

Vaste trafic de médicaments

Ces médicaments achetés chez des pharmacies en France en utilisant des ordonnances prescrites par des médecins algériens, sont chargés dans des boites et cartons et mis dans les soutes des avions, explique la même source.

Dans le cadre de cette enquête ordonnée par le parquet de Bobigny en Seine Saint Denis, une perquisition a été effectuée en date du 5 avril dernier au niveau des locaux de la compagnie algérienne à l'aéroport Roissy Charles De Gaulles.

Lors de la perquisition qui a également ciblé certaines pharmacies de Paris, une importante quantité de médicament ainsi qu'une forte somme d'argent estimée à plusieurs milliers d'euros ont été découvertes.

Des médicaments acheminés vers l'Algérie

Suite à quoi les trois employés d'Air Algérie ainsi qu'un pharmacien et un salarié de l'aéroport ont été interpellés et placés en garde à vue, indique la même source. Les cinq suspects ont été toutefois remis en liberté en attendant les conclusion de l'enquête qui se poursuit toujours, selon toujours Le Parisien.

Notons qu'il y a quelques jours, des sites marocains notamment ont rapporté que les locaux et les comptoirs d’Air Algérie à l’aéroport d’Orly de Paris auraient été perquisitionnés également le 5 avril dernier.

Les mêmes sources avaient indiqué qu’une opération de fouille et de recherche de drogue serait diligentée par la gendarmerie des transports aériens. Face à cette nouvelle polémique qui secoue Air Algérie, le président de l’Observatoire contre l’islamophobie Abdellah Zekri a réagi pour démentir ce qu'il a qualifié de « manipulation grotesque ».

 

 

Retour en haut