Air Algérie : hausse des prix des billets à l’approche du Ramadan

Le prix des billets d'avion sur les différentes compagnes aérienne desservant l'Algérie repartent à la hausse depuis quelques jours. Les algériens redoutent le pire à l'approche du mois de ramadhan dont le début est annoncé pour le 2 avril prochain. 

Les prix des billets d'avion ont connu une baisse au début de l'année en cours. Une baisse, qui n'a d'ailleurs pas été aussi conséquente, a été applaudie tout de même par les algériens et plus particulièrement les ressortissants établis à l'étrangers en France notamment.

Au grand dam ce ces émigré, cette situation n'a été que d'une courte durée. Il s'est avéré que cela n'a été conjoncturel, du spécialement à la décrue de la demande à cette période de l'année.  « Nos tarifs sont établis sur la base de l’offre et la demande. », a expliqué la compagnie aérienne ASL Airlines qui a été très critiqué à l'instar des autres transporteurs desservant l'Algérie.

Les prix repartent à la hausse

Il y a lieu de signaler que la cherté des billets a soulevé une grande polémique en Algérie. [the_ad id="7305"] D'ailleurs le Premier ministre a annoncé, la fin de l'année écoulée, une enquête à cet effet. Une enquête dont les résultats ne voient toujours pas le jour.

Passé donc les deux premiers mois de l'année, les prix de voyages internationaux reprennent leur envol. [the_ad id="7305"] Pour les spécialistes, cette hausse des tarifs est la conséquence de la forte demande enregistrée ces quelques derniers jours. Ce qui n'est d'ailleurs pas faux puisque un grand nombre de vols au départ de la France notamment affichent déjà complet pour le mois de mars que ce soit sur Air Algérie ou sur les compagnies étrangères.

Un ramadan au bled, à quel prix?

C'est dire que les ressortissants algériens désirant passer le Ramadan au bled risquent d'en faire l'impasse à cause de l'indisponibilité de vol. [the_ad id="7305"] Les plus chanceux d'entre eux peuvent se procurer un billet mais avec un prix excessivement cher.

Cette état de fait alarmant ne connaitra pas le bout du tunnel de si tôt. Interpellé lundi 28 février sur le sujet, le ministre des Transports Aissa Bekkai a écarté en effet une éventuelle baisse imminente des prix billets, concernant Air Algérie du moins. [the_ad id="7305"] Il a expliqué sa vision qui ne doit certainement enchanté la diaspora, par la situation financière de la compagnie aérienne algérienne.

Retour en haut