Pension de retraite pour les immigrés algériens : Tebboune fait une annonce

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a répondu lors d’une rencontre avec des membres de la communauté nationale établie au Koweït, aux différentes préoccupations de la diaspora.  Le chef de l’Etat a fait annonce importante au sujet de la pension de retraite qui devrait intéresser les immigrés algériens. En effet,  Tebboune a rassuré qu'il œuvrait à trouver "une formule" pour regeler le problème liées à la pension de retraite qui n'est pas assurée dans certains  pays de leur résidence.

En marge de la visite officielle qu'il a entamée au Koweït,  Abdelmadjid Tebboune a échangé sur les préoccupations et propositions des membres de la communauté algérienne établie dans ce pays. Le chef de l’Etat a souligné le rôle de la communauté nationale, notamment en réalisant des projets d'investissement économique en Algérie et en contribuant à l'attraction d'hommes d'affaires koweitiens pour investir dans le pays.

Concernant les préoccupations de la communauté nationale liées à la pension de retraite qui n'est pas assurée dans certains  pays de leur résidence, le président de la République a rassuré qu'il œuvrait à trouver "une formule" pour une meilleure prise en charge de cette revendication. Ajoutant qu'il avait demandé à la ministre de la Solidarité nationale et au ministre du Travail d'examiner cette question et de soumettre des propositions.

Vers l'ouverture d'une ligne maritime Algérie-Koweït

Par ailleurs, le président a affirmé qu' « il sera procédé avec les frères koweitiens à l'examen de la possibilité d'ouvrir une ligne maritime entre les deux pays ». Soulignant notamment, que les lignes aériennes et maritimes « sont plutôt des questions commerciales que politiques et que ce sont les compagnies de transport qui définissent la rentabilité des lignes ».

Au sujet de la possibilité d'investissement des fonds souverains de certains pays en Algérie, Abdelmadjid Tebboune a affirmé que ces fonds « sont les bienvenus », s'il s'agit de projets de développement et générateurs de croissance. Le président de la République rappelle ainsi, que « l'Algérie a une expérience avec l'endettement extérieur et ne procédera pas de la même manière, le cas échéant ».

Retour en haut